09/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Appel pour les élections présidentielles du 1er juin 2003

(Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI)

L’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI) a toujours œuvré pour l’union de l’opposition. C’est pour cette raison qu’elle a fortement contribué à la création de la Coalition des Forces Démocratiques (CFD). Les Togolais impliqués dans la lutte pour l’avènement de la démocratie au Togo se rappellent également de tous les efforts déployés par le Premier Vice-Président de l’ADDI, le Professeur Tchabouré Aimé Gogué, pour la mise en place d’une structure permanente de la CFD. Cette structure avait comme Président Monsieur Olympio, Messieurs Agboyibor, Gnininvi, Kodjo et Ayeva étant les quatre Vice-Présidents. Tous les Togolais impliqués dans la lutte pour l’instauration de la démocratie se rappellent également, de tous les efforts déployés par ADDI afin que l’opposition parvienne à dégager un candidat unique pour l’élection présidentielle du 1er juin 2003.

Parti politique comme les autres, ADDI a aussi l’ambition de diriger ce pays. Cependant, malgré les appels de plusieurs personnalités de la société civile et de ses militants, ADDI a résisté à la tentation de présenter un de ses membres comme candidat. Elle a adopté cette attitude parce qu’elle était convaincue qu’en désignant un candidat additionnel elle contribuerait à l’émiettement des voies de l’opposition et surtout au désarroi de la population. Contrairement aux autres partis d’opposition, ADDI a toujours insisté auprès des autres leaders de l’opposition afin que ces derniers retirent leur candidature pour ne maintenir qu’une seule. Malheureusement, contrairement aux vœux, maintes fois exprimées par la population, la diaspora togolaise et des observateurs extérieurs de la vie politique togolaise, ces leaders politique n’ont pas entendu les cris de désespoir de la population.

Peut être par naïveté ou par sa conviction que tous les leaders de l’opposition sont préoccupés par le bien être de la population, ADDI espère toujours, qu’après un peu plus d’une semaine de campagne électorale, les différents candidats de l’opposition ont compris qu’en maintenant leur candidature jusqu’au bout, ils font le jeu du régime en place et qu’ils courent à leur suicide politique et à la poursuite du règne du régime en place. Par conséquent, ADDI espère qu’ils seront pris d’un sursaut de patriotisme en se concertant pour le maintien de l’un d’entre eux pour affronter le candidat du RPT dans un duel qui, dans une telle perspective, n’aura de duel que de nom.

Nous savions tous que si la candidature de Monsieur Olympio avait été retenue par la CENI, l’élection du 1er juin aurait été sans enjeu: le candidat de l’UFC aurait remporté ces consultations électorales sans trop d’effort. C’est pour avoir compris cela que le pouvoir en place a tout mis en œuvre pour l’élimination de cette candidature. ADDI a attendu en vain des signes forts qui devrait illustrer la sincérité des vives protestations de tous les candidats de l’opposition contre l’exclusion de la candidature de Monsieur Olympio. Beaucoup d’observateurs auraient souhaité que Monsieur Olympio cautionne un candidat déjà connu et qui, peut être, n’appartient pas à l’UFC, car tout le monde est convaincu que cette caution garantirait automatiquement l’élection de celui qui en bénéficiait. C’est d’ailleurs pour cette raison, que chacun des candidats des autres partis politiques, personnellement et par personnes interposées, a fait des démarches auprès du faiseur de roi qui est Monsieur Olympio.

Pour beaucoup d’observateurs, le choix d’un leader d’un autre parti politique aurait été un indicateur que l’objectif premier de Monsieur Olympio est réellement le changement de régime politique dans le pays. Le choix de Péré pense t-on, aurait permis une transition pacifique et une cohésion nationale. Malheureusement le choix du leader de l’UFC a porté plutôt sur le premier Vice-président de son parti, Monsieur Akitani. Beaucoup d’observateurs, même des militants de l’UFC ont regretté ce choix. On oublie cependant en passant que le travail de Monsieur Olympio aurait été facilité par la désignation préalable d’un candidat unique de la CFD. Mais cette erreur de l’UFC peut-elle expliquer le maintien de la candidature des autres leaders de l’opposition? Le comportement des autres candidats ne fait que refléter leur position réelle vis à vis de l’exclusion de Monsieur Olympio: ils sont tous, sans exception, pour l’exclusion de Monsieur Olympio de la course aux présidentielles. Si non pourquoi ne sont-ils pas prêts à mettre leurs  » troupes  » derrière celui que Monsieur Olympio a choisi: ils sont prêts à chercher le soutien de Monsieur Olympio, mais ils ne sont pas prêts à lui offrir leur soutien!

Aujourd’hui, les Togolais font abstraction des programmes des partis politiques pour placer leur priorité dans le changement du régime au pouvoir. Etant donné l’élimination de Monsieur Olympio de la course, qui parmi les candidats de l’opposition, a le plus de leur permettre de réaliser cette priorité? En présence de plusieurs candidats de l’opposition, il revient à cette population d’apprécier et d’arbitrer. La population devra décider en votant le 1er juin 2003. Elle le fera en votant utile. Voter utile veut dire ne pas voter pour un candidat que l’on croit n’avoir aucune chance d’être le premier parmi tous les candidats à l’élection du 1er juin. Voter utile c’est ne pas voter pour le leader de son parti si l’on n’est pas convaincu qu’il ne sera pas le candidat qui obtiendra le plus grand nombre de suffrage à l’élection du 1er juin. Voter utile consiste à ne pas voter pour son frère de région parce que l’on est convaincu qu’il ne sera pas le candidat qui obtiendra le plus grand nombre de suffrages à l’élection du 1er juin.

Il est important qu’un soutien clair et massif soit donné à un et un seul des candidats de l’opposition. En tenant compte des gestes posés ces derniers temps, deux candidats sortent des rangs: Monsieur Péré et Monsieur Akitani. En principe, dans une situation telle que celle que nous vivons au Togo, c’est à celui qui est éliminé, que l’on demande de désigner son remplaçant. N’étant pas dans cette situation, le problème est alors de savoir si, le candidat Akitani peut bénéficier des transferts de voix de son mentor Monsieur Olympio? Si oui, l’opposition augmente ses chances de succès en portant son choix sur Monsieur Akitani. Si non le choix de Monsieur Péré s’impose. Le travail de l’électeur aurait été facilité si Monsieur Olympio soutenait Monsieur Péré. Mais il faut aussi reconnaître que le travail de l’électeur aurait été également facilité si Monsieur Péré aussi soutenait Monsieur Akitani.

Aux lendemains de la désignation du candidat de l’UFC/PFC, Monsieur Akitani comme candidat, même les militants et les sympathisants les plus convaincus de l’UFC, étaient timorés. Cependant, depuis le début de la campagne électorale, des électeurs sont de plus en plus enthousiastes sur la candidature de Monsieur Akitani. Il est donc probable que la popularité de Monsieur Akitani augmente de jour en jour. Mais pour passer le cap, il est important qu’il soit soutenu par d’autres partis politiques. Nous invitons tout le monde à lui apporter ce soutien car il me paraît difficile qu’un autre candidat puisse bénéficier d’une partie importante de transfert des voix de Monsieur Olympio.

Avec les dispositions de fraude mises en place par le régime, nous sommes convaincus que les élections du 1er juin ne seront pas faciles. Et dans une situation difficile comme celle-ci, il est important de se mettre ensemble. Si les leaders de l’opposition n’ont pas réussi à le faire, je demeure convaincu que la population le fera à sa place en portant son choix massivement sur un des multiples candidats de l’opposition.

Le problème qui se pose n’est pas de savoir si l’opposition gagne mais de nous préparer à défendre notre victoire le soir du 1er juin.

Fait à Lomé, Togo, 26 mai 2003
T. A. Gogué
Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI)