28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

De retour au Togo, Fambaré Natchaba choisit l’apaisement avec le pouvoir

LOME (AFP) – 05/03/2005 19h41 – En rentrant au Togo samedi après un mois d’exil, le président démis de l’assemblée nationale togolaise, Fambaré Natchaba Ouattara, semble avoir choisi l’apaisement avec sa famille politique dont l’objectif est de faire élire Faure Gnassingbé, fils du président défunt Gnassingbé Eyadéma, à la présidence le 24 avril prochain.

M. Natchaba avait pourtant affirmé lundi à Radio France Internationale (RFI) qu’il voulait toujours assurer l’intérim pour « organiser des élections présidentielles équitables ouvertes à tous », estimant « scandaleux que l’on piétine la Constitution que l’on s’est donnée ».

Accompagné par le président béninois Mathieu Kérékou, M. Natchaba, membre du du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir) et baron du régime, aurait dû, selon la Constitution, assurer l’intérim du président Gnassingbé Eyadéma, décédé le 5 février.

A l’annonce de ce décès, M. Natchaba, en voyage à l’étranger, avait été empêché de rentrer dans son pays par l’armée togolaise qui avait installé au pouvoir Faure Gnassingbé, l’un des fils du président défunt.

Officiellement, lL’ancien président de l’assemblée nationale est revenu samedi à Lomé pour « présenter ses condoléances » à la famille Gnassingbé, selon une source proche de la présidence.

Cette cérémonie a permis dans la réalité à M. Natchaba, qui vivait à Cotonou depuis le 5 février, de rencontrer tous les dirigeants togolais, y compris M. Faure Gnassingbé, désigné à sa place à la suite d’une révision constitutionnelle express condamnée unanimement par la communauté internationale.

Depuis, sous la pression internationale, M. Gnassingbé a cédé la tête du parlement à un homme du sérail RPT, Abass Bonfoh, pour être lui-même désigné candidat du RPT à l’élection du 24 avril.

L’entretien de samedi à Lomé, dans l’ancienne résidence du général Eyadéma, auquel a assisté M. Kérékou, a appremment permis d’aplanir les différends entre M. Natchaba et le pouvoir togolais, notamment avec la haute hiérarchie militaire.

Le président béninois a laissé entendre à l’issue de ces discussions, et en termes à peine voilés, que M. Natchaba regagnait les rangs de sa famille politique d’origine, le RPT, fondé par le président Eyadéma et dont il est l’une des chevilles ouvrières depuis de longues années.

M. Kérékou a affirmé qu’il était venu « remettre » aux autorités M. Natchaba qui « est de la famille », selon le service de presse de la présidence togolaise.

« C’est notre frère, mais son seul salut c’est qu’il regagne sa famille politique, qu’il se mette dans les rangs du RPT et travaille à la pérennisation de la paix afin d’honorer la mémoire du général Eyadéma », a dit M. Kérékou selon cette source.

« En parvenant à faire revenir Natchaba, les autorités réussissent un beau coup avant d’aborder la campagne électorale, tout en apaisant un peu plus la communauté internationale », a commenté un diplomate africain, qui souligne qu’un « arrangement a dû être trouvé pour que le RPT puisse mener une campagne sans fausse note ».

Ce retour se produit au moment où l’opposition, qui réclamait encore ces derniers jours un « rétablissement complet à l’ordre constitutionnel » avec une présidence intérimaire de M. Natchaba, a accepté finalement de participer à la présidentielle.

Des discussions ont lieu actuellement à Lomé entre principaux partis de l’opposition pour tenter de désigner un candidat unique face à Faure Gnassingbé.

« Les discussions avancent lentement et rien ne prouve qu’elles vont aboutir », selon un autre diplomate africain.