01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Elections togolaises : 4 medias français dénoncent un refus de visas

Communiqué des rédactions concernées par le refus de visa :

Les envoyés spéciaux des rédactions de Radio France, Radio France Internationale, RTL et La Croix se sont vus refuser l’accès au Togo pour y couvrir l’élection présidentielle de ce jeudi. Tous avaient effectué il y a plusieurs semaines les démarches d’accréditation auprès du ministère togolais de la communication. Malgré des relances répétées, cette accréditation, requise pour la délivrance du visa, leur a été refusée. Il leur sera donc impossible d’effectuer le travail de terrain nécessaire à une couverture de qualité de cette élection cruciale.Les directions de France Inter, France Info, RFI, RTL et La Croix s’élèvent contre cette atteinte au droit à l’information.

Dépêche AFP :

Elections togolaises : 4 medias français dénoncent un refus de visas

PARIS, 2 mars 2010 (AFP) – Radio France, Radio France Internationale (RFI), la radio privée RTL et le quotidien La Croix ont dénoncé mardi le refus par les autorités du Togo d’accorder des visas à leurs envoyés spéciaux qui devaient couvrir l’élection présidentielle togolaise de jeudi. « Tous avaient effectué il y a plusieurs semaines les démarches d’accréditation auprès du ministère togolais de la communication. Malgré des relances répétées, cette accréditation, requise pour la délivrance du visa, leur a été refusée », soulignent ces quatre médias français dans un communiqué commun. »Les directions de France Inter, France Info, RFI, RTL et La Croix s’élèvent contre cette atteinte au droit à l’information », ont-elles précisé, regrettant que leurs envoyés spéciaux soit empêchés « d’effectuer le travail de terrain nécessaire à une couverture de qualité de cette élection cruciale ». Lundi, le ministère français des Affaires étrangères avait estimé que l’élection présidentielle au Togo, qui se tiendra jeudi, devait être « un moment d’expression démocratique et pacifique, ouvert à la presse et aux observateurs internationaux », selon un communiqué du porte-parole du ministère, Bernard Valero. Sept candidats dont le président sortant Faure Gnassingbé, sont en lice pour le prochain quinquennat. M. Gnassingbé est le fils du défunt général Gnassingbé Eyadéma qui a régné sans partage sur la petite nation togolaise pendant 38 ans, jusqu’à son décès en février 2005.

L’opposant historique Gilchrist Olympio, fils de Sylvanus Olympio, premier président du Togo indépendant tué en 1963 lors d’un coup d’Etat ourdi par le général Eyadéma, ne prendra pas part à l’élection, pour des raisons de santé. Autre absent notable, le Franco-Togolais Kofi Yamgnane, ancien secrétaire d’Etat français de 1991 à 1993, sous la présidence de François Mitterrand. Sa candidature a été rejetée par la Cour constitutionnelle togolaise.

lh/juc/hr/bmk