08/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Heurts entre étudiants et policiers: 18 mois ferme requis contre neuf personnes

LOME, 18 mai (AFP) – 14h05 – L’accusation a requis 18 mois de prison ferme contre neuf personnes, dont six étudiants, arrêtées à la suite de violences qui avaient opposé le 30 avril policiers et étudiants sur le campus de l’Université de Lomé (UL).

Au total, quinze personnes dont douze étudiants arrêtés lors des incidents, ont été jugées lundi à Lomé pour « action concertée et voie de fait ». Le procureur a requis 18 mois d’emprisonnement ferme contre six étudiants, ainsi que deux conducteurs de taxi-motos et un photographe.

Les six autres étudiants ont été relaxés au bénéfice du doute. Le jugement concernant les neuf autres personnes a été mis en délibéré au 26 mai. Le 30 avril, des échauffourées ont opposé des étudiants aux forces de l’ordre sur le campus de l’UL et ont fait 18 blessés, dont 16 policiers, et d’importants dégâts matériels.

Le 2 mai, le ministre de l’Enseignement supérieur, Charles Kondi Agba a décidé de fermer le campus de Lomé, estimant que les « heurts, échauffourées et les actes de vandalisme de la journée du 30 avril sur le campus universitaire ont atteint un degré de violence inacceptable ».

Les étudiants réclament que le gouvernement leur verse immédiatement quatre tranches des aides accordées par l’Etat à tous les étudiants togolais. Ces aides sont versées en trois tranches au cours de l’année, a expliqué M. Agba, estimant qu’il s’agit de « réclamations fantaisistes ».

Le montant d’une tranche d’aide s’élève à 20.000 F.CFA (environ 30 euros) par étudiant, soit environ 300 millions de francs CFA (environ 457.000 euros) d’enveloppe financière pour les 15.000 étudiants inscrits dans les universités de Lomé et de Kara (420 km au nord-est de la capitale).