08/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

L’Institut Goethe de Lomé incendié par des hommes en arme

AFP,Lomé-29/04/05 – L’Institut Goethe de Lomé a été incendié dans la nuit de jeudi à vendredi par des hommes en armes, a appris l’AFP de sources concordantes. Par ailleurs, la résidence de l’un des principaux dirigeants de l’opposition togolaise est encerclée par l’armée.

Aux environs de 02h15 locales vendredi matin, le centre culturel allemand dans la capitale togolaise brûlait encore et des impact de balles étaient visibles sur certaines fenêtres, a constaté un journaliste de l’AFP. Les pompiers tentaient de circonscrire l’incendie à l’aide de lances à eau et de deux camions.

« Il s’agit sans aucun doute d’un incendie criminel. Trois des cinq fenêtres de la façade ont été cassées pour permettre au feu de mieux prendre. Ca fait effet de cheminée », a déclaré un des responsables des pompiers qui a souhaité garder l’anonymat.

Des voisins de l’Institut Goethe, ainsi que l’un des gardiens, ont affirmé que l’incendie avait été allumé par des hommes en armes qui ont d’abord tiré sur le bâtiment avant de pénétrer dans les locaux.

L’Institut Goethe est situé dans le quartier du grand marché de Lomé, où sont déployés des agents des forces de sécurité depuis mardi et les émeutes qui ont immédiatement suivi l’annonce de la victoire de Faure Gnassingbé à l’élection présidentielle. Les partisans de l’opposition, qui soutiennent Emmanuel Bob Akitani, réfutent ce résulats.

Depuis plusieurs jours, l’ambassade d’Allemagne est la cible des attaques du gouvernement, notamment du ministre togolais de l’Intérieur, qui l’accuse de soutenir l’opposition. Son prédecesseur, qui avait dénoncé le processus électoral samedi, est actuellement réfugié à l’ambassade d’Allemagne à Lomé.

Par ailleurs, un important dispositif militaire a été mis en place à Lomé dans la nuit de jeudi à vendredi autour de la résidence de l’un des principaux dirigeant de l’opposition togolaise, Jean-Pierre Fabre, ont constaté des journalistes.

Sans donner de précision sur les raisons de leur présence, les militaires présents ont déconseillé aux journalistes de s’approcher de la villa.