26/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Présidentielle au Togo: l’opposition manifeste pour un scrutin à deux tours

(AFP) – 09/01/2010-LOME — Des milliers de militants et sympathisants du principal parti d’opposition ont manifesté samedi à Lomé pour exiger un scrutin à deux tours à la présidentielle du 28 février, a constaté l’AFP.

A l’appel de l?Union des forces de changement (UFC), principal parti d?opposition de Gilchrist Olympio, les manifestants sont sillonné des rues de la capitale avant d’assister un rassemblement public.
Des responsables d?autres partis d?opposition, dont ceux du Comité d?action pour le renouveau (CAR, 2e parti d?opposition) de l?ancien Premier ministre Yawovi Agboyibo -principal allié de l?UFC- ont également participé à cette marche.

Sur des banderoles brandies par des manifestants, on pouvait lire « sans deux tours, pas d?élections », « nous voulons des élections transparentes ». Sur d’autres pancartes: « mauvaise élection = violences » ou « exigeons un fichier électoral fiable ».
« C’est la mobilisation populaire qui amènera le pouvoir à changer. Et nous irons jusqu?au bout », a déclaré à l’AFP un manifestant.

Pour Jean Kissi, secrétaire général du CAR, il y a « risque d’aboutir à des élections bâclées ». « Il est bon d?arrêter le processus en cours et de faire le point », a-t-il souligné.

Les manifestants exigent également la reprise des opérations de révision des listes électorales et la réduction du montant de la caution à verser par les candidats. La caution est fixée à 20 millions de F.CFA (30.489 euros) contre 10 millions de F.CFA (15.245 euros) pour les législatives d’octobre 2007.
Le pouvoir et l?opposition sont divisés depuis plusieurs mois sur le mode de scrutin à la présidentielle.
Selon la Constitution togolaise modifiée en 2002 par le Parlement, l’élection a lieu au scrutin uninominal majoritaire à un tour et le président est élu à la majorité des suffrages exprimés.

Les deux poids lourds de l’opposition: l’UFC et le CAR de Yawovi Agboyibo, soutenus par d’autres partis d’opposition, réclament un scrutin uninominal à deux tours, ce que rejette le Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir) du président Faure Gnassingbé.

Le facilitateur du dialogue inter-togolais, le président burkinabè Blaise Compaoré a, lors d’une discussion avec les acteurs politiques togolais le 27 décembre à Ouagadougou, préconisé que cette présidentielle se déroule en un seul tour.