28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: La coalition de l’opposition refuse d’aller à la rencontre de Niamey

AFP – Lomé – 19/04/05– La coalition de l’opposition togolaise a refusé mardi de participer à une rencontre convoquée mercredi à Niamey par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) pour discuter notamment des violences survenues durant la campagne présidentielle, a annoncé son coordinateur, Me Yawovi Agboyibo.

« Nous n’irons pas à Niamey pour une raison simple, on est conviés pour quelques heures alors que nous sommes dans une situation de crise avancée », a déclaré Me Agboyibo dans une déclaration à la presse.

Quatre candidats sont en lice pour la présidentielle de dimanche, dont Emmanuel Akitani Bob, pour la coalition de l’opposition, et Faure Gnassingbé, représentant du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir), un des fils du président Gnassingbé Eyadéma, décédé le 5 février.

M. Faure Gnassingbé, et les deux autres candidats d’oppostion, Nicolas Lawson et Harry Olympio, ont fait savoir mardi soir qu’ils se rendraient mercredi à Niamey.

Le président en exercice de la CEDEAO, le chef de l’Etat nigérien Mamadou Tandja a convoqué mercredi à Niamey les quatre candidats à la présidentielle du 24 avril après les violences survenues entre militants du parti au pouvoir et de l’opposition, qui ont fait des dizaines de blessés.

M. Agboyibo a réclamé une nouvelle fois un report du scrutin de dimanche, et a proposé que ces candidats « s’accordent entre eux » à ce sujet.

« Sans ce report, pas question d’aller à Niamey », a-t-il dit.

« Nous sommes prêts à aller à Niamey mais à condition de faire du travail sérieux », a dit Me Agboyibo.

« Aller pour une heure à Niamey, c’est inconcevable. Nous acceptons d’y aller pour deux jours, trois jours, une semaine afin de sortir le pays de la crise », a déclaré le coordinateur de la coalition.

Le président Tandja devait rencontrer mercredi les candidats togolais « suite aux violences qui émaillent la campagne électorale », avait expliqué à Niamey Amadou Harouna Yayé, responsable de la presse à la présidence.

« Les différentes parties seront écoutées afin d’amener chacune à prendre ses responsabilités et à la retenue », avait ajouté ce responsable.

Des heurts entre militants du RPT et de l’opposition, armés de pierres, de machettes, de gourdins, et de fusils de chasse, ont fait une cinquantaine de blessés, selon les autorités, samedi à Lomé. L’opposition a indiqué qu’un jeune de 18 ans avait été tué.

De nouveaux heurts ont éclaté mardi à Sokodé (nord), deuxième ville du pays, faisant de nouveaux blessés.