28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: La manifestation du CST empêchée

AFP -10/01/2013 — Une manifestation de l’opposition togolaise a été empêchée ce matin à Lomé par les forces de l’ordre et quelques jeunes brûlant des pneus en signe de protestation ont été dispersés à coups de gaz lacrymogène. Le carrefour du marché Bé, au centre-ville, qui devait être le point de départ de la manifestation, était quadrillé par une trentaine de gendarmes et de policiers, dissuadant tout rassemblement.

Le collectif « Sauvons le Togo » (CST), une coalition de l’opposition et de la société civile, avait appelé à trois jours de manifestations à partir d’aujourd’hui avec pour mot d’ordre « Pas de dialogue franc et sincère avec l’opposition, pas d’élections au Togo », à la suite de l’annonce, le 31 décembre, par le président Faure Gnassingbé, de la tenue d’élections législatives et locales à la fin du premier trimestre 2013. Initialement prévues en octobre, les élections avaient été repoussées, et l’opposition togolaise affirme que les conditions ne sont pas réunies pour permettre la tenue d’un scrutin transparent.

Les responsables du CST n’ont pu être joints immédiatement pour réagir à l’annulation de leur manifestation. Le gouvernement, qui a fait face à une série de marches de contestation en août et septembre, a interdit toute manifestation dans les lieux à forte activité de la capitale, invoquant des risques pour la sécurité publique. La place Déckon, très fréquentée, où devait s’achever la marche d’aujourd’hui, fait partie des endroit proscrits.

Le ministre de l’Administration territoriale Gilbert Bawara a prévenu hier soir à la télévision nationale que « dès lors que le point de chute de la manifestation n’est pas possible, le gouvernement considère que la marche ne peut même pas avoir lieu ». Le Togo a été dirigé d’une main de fer par le général Gnassingbé Eyadéma de 1967 à sa mort en 2005. Porté au pouvoir par l’armée, son fils Faure Gnassingbé lui a succédé en 2005. Il a remporté en 2005 puis 2010 des élections présidentielles dont les résultats ont été contestés par l’opposition.