28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: le gouvernement interdit une manifestation de l’opposition

AFP – 08.03.2010 – Le gouvernement togolais a fait savoir lundi que la manifestation de l’opposition prévue le lendemain à Lomé pour protester contre les résultats de la présidentielle, officiellement remportée par Faure Gnassingbé, ne serait pas autorisée.

« Les manifestations sur la voie publique ne peuvent être organisées les jours ouvrables parce qu’elles perturbent l’activité », a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement, Pascal Bodjoma.

Cette interdiction, même si M. Bodjoma s’est refusé à prononcer le mot, devrait affaiblir encore l’opposition, qui peine à mobiliser son électorat depuis l’annonce des résultats du scrutin samedi.

Dimanche soir, le candidat de l’Union des forces du changement (UFC) Jean-Pierre Fabre et trois autres partis d’opposition avaient appelé à une marche suivie d’un meeting, mardi, « pour protester contre les résultats frauduleux du scrutin présidentiel », en réaffirmant que leur candidat était le véritable « président élu ».

Selon les chiffres publiés samedi par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), le chef de l’Etat sortant Faure Gnassingbé, fils du défunt général Eyadéma, a été réélu avec 60,92% des voix contre 33,94% à Jean-Pierre Fabre.

« Fabre mauvais perdant », titrait lundi l’hebdomadaire L’Eveil, reprenant la formule du porte-parole du gouvernement Pascal Bodjona. Ce journal reprochait au candidat de l’opposition de ne pas avoir de « preuves palpables » de fraudes.

De son côté, le journal Le Flambeau des démocrates diagnostiquait une « démobilisation de l’électorat UFC », notamment en mémoire des violences post-électorales d’avril 2005 (400 à 500 morts selon l’ONU). « Ce n’est un secret pour personne que le peuple veut l’alternance », mais « les gens ont préféré rester chez eux au lieu d’aller voter », assurait ce journal.

Signe de la difficulté du parti à mobiliser dans la rue, les commerces et administrations avaient rouvert normalement lundi.

Samedi et dimanche, seules quelques centaines de jeunes militants, avec Jean-Pierre Fabre à leur tête, avaient manifesté pacifiquement pour dénoncer « la misère » et réclamer le « changement ». Ils avaient été immédiatement dispersés par les forces de l’ordre à coups de gaz lacrymogènes.

En outre, l’UFC semble tiraillée en interne puisque le vice-président de la Commission électorale, membre de ce parti, a validé l’élection.

« Nous n’avons pas trouvé d’éléments sur lesquels batailler pour prouver la fraude », avait assuré samedi à l’AFP ce responsable, Jean-Claude Howawoo.

De son côté, Faure Gnassingbé n’a toujours fait aucun commentaire depuis l’annonce de sa victoire.

Dans le centre et le nord du pays, le président sortant a conservé ce que la presse appelle les « fiefs traditionnels » du Rassemblement du peuple togolais (RPT), au pouvoir depuis quatre décennies.

Mais l’UFC est restée largement majoritaire dans la capitale dont les habitants disent généralement rejeter « la famille Gnassingbé », en faisant référence au règne sans partage du général Gnassingbé Eyadéma (1967-2005) puis au premier quinquennat de son fils (2005-2010).