25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: Plus de 22.500 personnes ont fui au Bénin

AFP , Bénéin, 23/06/05 –De nouveaux réfugiés togolais continuent d’arriver au Bénin, rejoignant les 22.500 déjà enregistrés suite aux violences survenues après l’élection présidentielle au Togo, a déclaré mardi le représentant régional du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR), Rafik Saïdi.

« Les réfugiés togolais continuent toujours d’arriver au Bénin, ils viennent désormais de tout le Togo, nous enregistrons un peu plus de 250 personnes par semaine. Ce qui est quand même une baisse par rapport aux premiers jours des rixes à Lomé », a déclaré M. Saïdi à Cotonou.

Selon le HCR, plus de 22.500 Togolais se trouvent actuellement réfugiés au Bénin depuis les violences qui ont suivi l’annonce, le 26 avril, de la victoire de Faure Gnassingbé, un des fils du président Gnassingbé Eyadéma, qui avait dirigé le Togo pendant 38 ans d’une main de fer avant sa mort le 5 février. Le 26 avril, plusieurs fiefs de l’opposition dans ce petit pays pauvre d’Afrique de l’ouest s’étaient enflammés, les jeunes dressant des barricades pour protester contre le résultat de la présidentielle.

La répression par les forces de l’ordre et l’armée a été très dure faisant, selon les bilans, entre 30 et 800 morts et des centaines de blessés. Selon M. Saïdi, une mission de la Fédération Internationale des droits de l’Homme (FIDH) séjourne actuellement au Bénin dans le but d’enquêter sur les exactions dont ont été victimes certains réfugiés togolais.

L’opposition radicale conteste toujours les résultats de ce scrutin accusant le parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple togolais (RPT, ancien parti unique), de fraudes massives, malgré la nomination d’un Premier ministre, Edem Kodjo, issu de l’opposition modérée. Celui-ci a mis en place lundi soir un gouvernement dominé par le RPT, mais comprenant aussi des membres de l’opposition modérée et aussi radicale, un responsable d’un petit parti ayant accepté un portefeuille malgré le refus de la grande majorité des autres formations radicales de participer à ce cabinet.