26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: réunion prévue de l’opposition pour décider d’une stratégie commune

LOME (AFP) 13.02.2005- L’opposition togolaise devait se réunir dimanche à Lomé pour décider de la stratégie qu’elle souhaite mettre en oeuvre dans les jours à venir pour protester contre le « coup d’Etat » du président investi Faure Gnassingbé.

« Nous allons nous réunir, nous concerter pour adopter une position commune pour la suite des évènements », a déclaré Yawovi Agboyibo, président du Comité d’action pour le renouveau (CAR).

De son côté, Jean-Pierre Fabre, secrétaire général de l’Union des forces de changement (UFC), a indiqué dimanche que « les six partis d’opposition organisateurs de la manifestation de samedi vont se réunir de nouveau aujourd’hui pour établir une stratégie commune ».

« Nous souhaitons notamment organiser une nouvelle manifestation la semaine prochaine et devons en définir la date », a-t-il ajouté.

Le gouvernement a interdit les manifestations pendant les deux mois à venir, décrétés mois de deuil national.

Six partis d’opposition dont le CAR et l’UFC ont organisé samedi une manifestation dispersée par les forces de l’ordre au cours de laquelle trois personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dont deux gendarmes, selon un bilan officiel.

Ils ont annoncé, samedi soir dans un communiqué, l’organisation lundi d’une nouvelle journée « Togo mort ».

Cette nouvelle grève, après celles des 7 et 8 février dernier qui n’avaient pas été très suivies, vise à protester « contre l’empêchement de l’exercice d’un droit et l’accomplissement d’un devoir constitutionnels » après le « coup d’Etat » du président investi Faure Gnassingbé.

Elle est également organisée « en signe de compassion avec les victimes de la répression sauvage du 12 février 2005 », poursuit le texte affirmant qu’il y a eu « quatre morts » au cours de la manifestation.

« Le nombre exact des victimes sera déterminé à l’issue des investigations en cours », ajoute le communiqué.

L’opposition souhaite dénoncer le « coup d’Etat » de Faure Gnassingbé, choisi par l’armée et qui a prêté serment comme président le 7 février après une révision express de la Constitution, pour succéder à son père Gnassingbé Eyadéma décédé le 5 février.