26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Communiqué 21 de Rennaissance-Togo

Parmi les événements de ces dernières semaines, figure la polémique entre le président de l’Union africaine et président du Nigéria, M. Olusegun Obasanjo, et le président de la Commission de la même Union, M. Alpha Oumar Konaré, ancien président du Mali.

Pour le plus grand plaisir des partisans du RPT, le président Obasanjo a désavoué M. Konaré pour avoir désigné, sans concertation avec lui, des personnalités chargées de suivre l’évolution de la situation au Togo. M. Konaré est connu pour son opposition tranchante à la dictature et le coup d’Etat manqué qui a suivi la mort du président Eyadema.

Renaissance-Togo voit dans ce conflit, la preuve de la complexité du cas togolais. Parce qu’il est difficile de comprendre autrement comment une démarche aussi claire que limpide, pourrait être abandonnée pour la seule raison que les règles de procédure n’aient pas été respectées. Dans cette affaire, nous donnons raison au président de la Commission. Cependant, reconnaissons que le président Obasanjo est un homme de grande expérience dans la vie publique de son pays et de la sous-région. En plus, un traité d’amitié, dont on ne parle pas souvent, lie le Nigéria et le Togo depuis les toutes premières années de l’indépendance des deux pays.

Quelles que soient les autres raisons souvent avancées, Renaissance-Togo recommande à l’opposition de ne pas rompre avec le président Obasanjo. Président en exercice de l’Union ou non, président du Nigeria ou non, il pourra toujours être utile dans son pays qui reste incontournable en Afrique de l’Ouest.

En attendant, laissons-lui le temps de se rendre compte bientôt par lui-même, de la mauvaise foi qui fait partie de la culture des partisans du RPT.

L’opposition doit rester unie et cultiver de bonnes relations avec les pays voisins afin de libérer le Togo.

Fait, à Montréal, le 18 juin 2005.
Pour le bureau de Renaissance,
Le porte-parole,
Hilaire Dossouvi Logo