29/11/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Conférence de presse le 28 avril à 10h30 à l’Assemblée nationale Paris

INVITATION À LA CONFÉRENCE DE PRESSE DU COMITÉ DE SOUTIEN AU PEUPLE TOGOLAIS

Jeudi 28 avril à 10h30, le Comité de soutien au peuple togolais qui a envoyé des témoins sur place au Togo, organise une conférence de presse à l’Assemblée Nationale en présence de représentants d’organisations et partis politiques (FIDH, Survie, CRID, DTF, Les Verts…).

Adresse: Assemblé nationale, 126 rue de l’université, Paris 7e – Bureau n° 6242, 2e sous-sol
(Métro Invalides ou Chambre des députés)

Contexte:

Après 38 ans de dictature d’Etienne Eyadéma Gnassingbe, un groupe d’officiers de l’armée togolaise, soutenu par le gouvernement français a tenté d’installer de force le fils du dictateur à la tête de l’Etat. Ce coup de force a avorté grâce à la mobilisation du peuple et des institutions internationales.

Pour autant, ceci n’a pas dissuadé les putschistes. Couverts par la CEDEAO, laquelle est aux ordres du gouvernement français, ces putschistes ont eu les mains libres pour organiser une parodie d’élection afin d’habiller cette prise de pouvoir par le même fils devenu candidat.

Sans surprise, c’est dans un climat d’irrégularités, de violences et d’absence de transparence qu’a été organisée l’élection présidentielle du 24 avril dernier. Et ce malgré les appels répétés de l’opposition, de la société civile et des églises à un report de ce scrutin. A deux jours de l’élection, le Ministre de l’Intérieur, en charge du scrutin, prenant enfin la mesure de la gravité de la situation, demande lui-même ce report. Il est aussitôt limogé et réfugié à l’ambassade d’Allemagne.

Selon la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), «les bourrages d’urnes, les listes électorales tripatouillées, les électeurs privés du droit de vote, les intimidations, les lynchages, les opérations commandos de militaires dans les bureaux de vote pour emporter ou détruire des urnes, occasionnant des pertes en vies humaines et des blessés, les dépouillements des bulletins de vote en l’absence des délégués de l’opposition et des électeurs, les votes parallèles et multiples, etc…» sont les incidents qui ont émaillé l’élection sur toute l’étendue du territoire.

Sans surprise, la CENI, à la solde des putschistes, a annoncé ce mardi 26 avril, la victoire de leur candidat.

Sans surprise, le peuple refuse, et c’est l’affrontement.

Depuis le début de la transition, on déplore déjà plusieurs dizaines de morts civils, sans compter les blessés. A l’heure où nous écrivons ces lignes, la situation est indescriptible au Togo et aucun décompte des dernières victimes et dégâts n’est encore possible. Les ressortissants français ¬ environ trois mille au Togo – sont inquiets. Une «nouvelle Côte D’Ivoire» en perspective?

www.soutientogo.org
CONTACTS: medias@soutientogo.org -Tél.: 06 18 42 31 71