26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Durcissement de la loi contre la presse

Le conseil des Ministres a adopté hier mercredi un projet de loi portant modification ou renforcement du code de la presse en vigueur au Togo. Selon le projet «il est fait obligation à tout organe de compter dans l’équipe permanente de rédaction, un nombre au moins égal au tiers des journalistes employés à temps plein.». Une autre disposition de ce même projet de loi assujettit les périodiques à « la publication de leur bilan annuel ainsi que de leurs comptes de gestion et de résultat.» Le projet prévoit en outre une aggravation des peines et renforce les moyens de la police et des autorités administratives.

L’adoption du nouveau projet de loi par le Conseil des Ministres a attisé la méfiance et le scepticisme dans le rang des journalistes et des éditeurs de presse. La loi, qui va passer comme une lettre à la poste au niveau de l’Assemblée nationale monocolore RPT, est une mesure coercitive de plus contre la presse privée togolaise soupçonnée d’être le suppôt de l’opposition. Cette loi renforce la loi N° 2000-06 du 23 février 2000 jugée «scélérate et liberticide » par l’Union des journalistes indépendants du Togo et qui prévoit des peines d’emprisonnement pour diffusion de fausses nouvelles et diffamation. Trois journalistes ont été déjà condamnés au Togo depuis l’adoption de cette loi dite loi Panou, du nom de l’ancien Ministre de la Communication.

Le projet de loi est un coup de poignard contre la presse privée. Car, nombreux sont les organes de presse qui ne satisfont pas les conditions requises. La plupart de ces journaux fonctionnent comme des entreprises non commerciales et sont souvent financés par les fonds propres des créateurs. Seulement quelques journalistes professionnels privés au Togo peuvent vivre de leur plume.

En pointe de la lutte contre le régime du général Eyadema, l’entreprise de presse au Togo constitue une activité non lucrative. Elle souffre de l’absence de subventions de l’Etat, de manque de publicité à cause des pressions exercées par le pouvoir sur les sociétés locales. Le ministère de l’intérieur entreprend épisodiquement des saisies de journaux contenant des articles peu favorables au pouvoir en place. Une des solutions pour contourner cette censure et cette difficulté momentanée de la presse est la diffusion et le support de l’information sur internet.

Letogolais.com