28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : Un si long Chemin de croix !

Un si long Chemin de croix !
Par Armand ADOTEVI (*)

Contributeur prospectif du site letogolais.com, je suis heureux de présenter à toutes les Togolaises ainsi qu’à tous les Togolais où qu’ils se trouvent à travers le monde, une excellente, résistante et fructueuse année 2010.

Au Togo et ailleurs, celles et ceux qui légitimement s’émeuvent des vicissitudes qui affectent le Togo depuis un temps qu’aucune prescription n’éteint, n’ignorent pas que la date du 28 février 2010 a été retenue comme étant celle d’une présumée « élection présidentielle ».

La mémoire du peuple Togolais demeure à ce jour, imprégnée du souvenir des cruautés inouïes ainsi que des tueries massives qui entachèrent « l’élection présidentielle » qui se tint en 2005 au Togo.

Il ne paraît pas inapproprié de faire ici le rappel de ce qu’en 2005, dès la fermeture des bureaux de vote, un nombre inestimable d’urnes renfermant le choix exprimé par de très nombreux électrices et électeurs Togolais firent manu militari l’objet d’un escamotage brutal, organisé et planifié. Les faits dont s’agit furent filmés in situ en différents bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire national et diffusés sur les médias internationaux à travers le monde.

Au surplus, près de cinq cents (500) Togolaises et Togolais furent de source [onusienne] laissés pour morts, souvent dans des circonstances effroyables.

Le corps électoral est donc à nouveau convoqué afin de prêter [son] concours à ce qui ne saurait être perçue autrement que d’une vaste plaisanterie abusivement qualifiée « d’élection présidentielle ».

La réalité impose de soutenir qu’il est organisé au Togo un divertissement tropical et possiblement sanglant, ayant pour objet d’accomplir une « formalité » constitutionnelle tendant à octroyer quelque crédit sur la scène internationale à celui qui en tout état de cause sera proclamé … vainqueur.

Songez donc qu’il y a plus quarante (40) ans que cette imposture perdure ! Le parcours du chemin de croix paraît infini ! Les Togolaises et le Togolais sont fatigués et ont soif de dignité, de quiétude, de bien-être et de liberté.

L’organisme chargé de veiller au contrôle, à la gestion, à la coordination ainsi qu’au bon déroulement du scrutin avant, pendant et jusqu’à la proclamation du résultat issu du vote … la bien nommée (Commission Électorale Nationale et Indépendante) a d’ores et déjà relevé et acté de graves dysfonctionnements caractérisés qu’accompagnent des défaillances récurrentes lesquels affectent d’une part, le matériel de recensement du corps électoral et d’autre part, la maîtrise du contrôle réel et la gestion fiable du processus électoral.

Le choix de réponse fait par les autorités gouvernementales face aux préoccupations relevées par la CENI semble être de l’ordre de la futilité.

Le mode de scrutin à un seul tour ne paraît ni sérieux ni pertinent et fixe par avance un résultat qui n’emportera pas la conviction des esprits sérieux.
Dans le camp d’en face, celui de l’opposition politique Togolaise, à l’exception d’une ou deux personnalités en son sein, [ils] ne sont pas nombreux à pouvoir valablement prétendre incarner le visage politique de demain et l’innovation politique !

Le ventre mou de l’opposition Togolaise est sa faible densité, sa détermination empreinte de versatilité et sa division alors même que des points de convergences sur l’essentiel relèvent du plus que plausible !

La péroraison d’onomatopées mille fois psalmodiées ne constitue pas un programme politique. Tous les -Accords de Ouagadougou- en attestent ! Les représentants de l’opposition mandatés pour ces négociations politiques ont avalé l’une après l’autre, toutes les couleuvres y compris les plus indigestes et/ou les plus colossales !

S’agissant du Parti au pouvoir, reconnaissons-le, ses caciques et animateurs de premier plan sont aguerris, disposent d’une palette de chausse-trapes malignes et ne se prévalent pas de titre professionnel ; cependant que chez un grand nombre d’opposants, il apparaît que le confort de leur condition personnelle prime l’intérêt général.

De tous les Premiers Ministres issus des rangs de l’opposition et ayant été en exercice de 1991(Conférence nationale) à ce jour, aucun ne peut factuellement revendiquer un bilan flatteur ! Aucun ! Ce fut le règne de la vacuité !

À ce rythme, la part faite à l’espoir et à l’alternance est plus que ténue et relève de la pure illusion.

Alors même que dans le domaine économique et social aucun progrès significatif ne peut être porté au crédit de la majorité au pouvoir depuis cinq (5) ans en ce que prosaïquement : Précarité, illettrisme, chômage, maladie, souffrance, débrouillardise et survie sont le lot quotidien de nombreux Togolaises et Togolais. Le chemin de croix est si long ! Il paraît infini !

Dans le même temps et dans le même espace, la subordination instrumentalisée de l’armée Togolaise de qui toute légitimité procède pose problème !

En outre, le pilonnage de l’opinion au quotidien, des moindres faits et gestes de celui qui nous dit-on fut élu « Président de la République » en 2005 devient lassant.

Ainsi, les médias publics relayent à satiété de la propagande s’agissant du financement à tour de bras, de tout et n’importe quoi, sur nous assène t-on … [les deniers propres] du « Président de la République » ! Il y a manifestement en l’espèce, matière à avoir le tournis !

En cette année nouvelle 2010, le renforcement qualitatif, la revivification substantielle des animateurs politiques de l’opposition, l’apport de sang neuf, ainsi que la redéfinition d’une stratégie unitaire et gagnante deviennent un impératif.

L’engagement politique appelle : Un socle de convictions, le souci de l’intérêt général, du sérieux, et la responsabilisation.

Un titre professionnel ne constitue pas un sésame de compétence, ni ne confère strictement nulle stature ou envergure politique, à peine de gageure !
Le propos que ci-dessus développé n’est pas hiératique ; il n’est pas non plus la chronique d’un consentement passif, mais exhorte à l’avènement d’une ère nouvelle.

À tous et à chacun, je renouvelle mes meilleurs vœux d’excellente, résistante et fructueuse année 2010 dans un Togo prospère où il fait bon vivre.

Avec force et vigueur et avec le souci de l’intérêt général, restons assis ou debout mais surtout pas coucher ! Construisons le Togo de demain.

(*) Armand ADOTEVI
ado_hoff.consulting@yahoo.fr