27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Eloi Koussawo: « Nous n’y arriverons pas par la compromission! »

Eloi Koussawo, le coordinateur général du mouvement patriotique du 5 octobre(MO5) le dit ici sans prendre de gants: l’esprit dans lequel les jeunes togolais se sont impliqués dans la revendication de leurs droits, se trouve aujourd’hui menacé non seulement par une résignation larvée, mais aussi(et c’est le principal danger pour lui) par diverses théories de la collaboration avec le pouvoir en place…entretien avec un homme en colère…

Propos reccueillis à Bruxelles par Franck Essénam EKON

Que devient le MO5?

Le mouvement se porte bien en dépit des difficultés liées à la vie d’une organisation quelle qu’elle soit. Il est vrai que nous avons dû, en fonction des circonstances et du contexte particulier qui est celui de notre pays, apprendre à réactualiser nos options et à adapter les orientations de notre combat en fonction des dures réalités que nous rencontrons journellement, mais grace à Dieu et à la détermination de tous les membres du mouvement, l’essentiel, c’est-à-dire la mobilisation pour la conquête d’un espace de démocratie et de liberté dans notre pays a été sauvegardé et est entretenu avec la même ferveur.

On vous sent tout de même un peu amer…peut-etre même désabusé…

Il est vrai que la tournure des événements depuis que ce combat a été engagé et surtout certaines options retenues ont quelque peu sapé le moral des jeunes dans notre pays. On a peut-être eu l’impression que les choses n’allaient pas suffisamment vite et que les délais étaient indéfiniment rallongés. Ceci est un point de vue qu’on peu comprendre, surtout lorsqu’en face, la dictature déploie une artillerie faite ausi bien de repression que de corruption des valeurs qui soutendent le combat engagé depuis plus de 16 ans. Mais de là à cautionner cette espèce de « ruée vers l’or » et de copinage éhonté auxquels on assiste aujourd’hui, il y a un pas que nous nous refusons à franchir. Nous n’y arriverons ni par la compromission, ni par l’exhibition mercantiliste qui consiste à s’acoquiner avec ceux qui ferment toute perspective d’ouverture démocratique à notre pays!

A quoi, ou à qui faites-vous précisément allusion?

Inutile de vous fatiguer…Je ne vous citerai pas de nom. Mais je crois que certaines personnes n’aurons objectivement aucun problème pour se reconnaitre dans les caractéristiques de l’attitude que je viens de décrire. Les principes et les valeurs qui ont orienté ce combat à ses début étaient clairs: détermination et implication désintéressée dans le combat contre la dictature et l’obscurantisme au Togo. Le contexte politique de notre pays fait de repression aveugle et d’hermétisme, ne nous autorise aucun relachement, aucun renoncement. Au nom de quoi devrions-nous passer par pertes et profits tout ce qui a été et continue d’être fait? L’héritage des pionniers de ce combat et des camarades qui, au prix de souffrances extrêmes et au péril de leurs vies ont tout donné pour le Togo mérite-t-il d’être ainsi dillapidé? Je crois fermement qu’en dépit de nos difficultés individuelles et de toutes les tentations qu’on agite devant nos yeux, il faut savoir garder notre dignité et refuser l’inacceptable…

Vous êtes en colère….

Je ne m’emporte pas…Mon ressentiment a pour cible principale un comportement que je trouve indigne…Ceux qui ont enfoncé le Togo dans cette situation sont toujours là et continuent de violenter impunément notre pays. Comment justifier alors que des jeunes, dont la combativité et le courage devraient être sans concession, se lancent dans cette course effrennée vers le profit sans efforts, le gain facile et les honneurs immérités? Le pouvoir, après avoir pendant de si nombreuses années inculqué de fausses valeurs à la jeunesse de notre pays, cherche aujourd’hui à remettre à l’ordre du jour cette culture de la fainéantise et du raccourci carriériste. Au MO5, nous demandons simplement à nos camarades, à nos frères qui abbatent un travail formidable au pays, à nos amis journalistes qui risquent quotidiennement leurs vies, à tous les jeunes togolais de rester fermes dans leur foi en ce changement pour lequel ils se sont tant battus. Il y va de l’avenir-même de ce combat, de la cohérence de nos actions, bref du devenir tout court de notre pays…

Et aux politiques, qu’avez-vous envie de dire?

(Silence)…Qu’ills sont suffisament grands et matures pour savoir ce qu’ils font…