27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: Le résultat des élections togolaises différé pour irrégularités

LOME (Reuters)21.10.07 – La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a décidé dimanche de ne pas publier les résultats complets des élections législatives du 14 octobre au Togo en raison de plusieurs irrégularités constatées pendant les opérations de dépouillement à Lomé.

Dans un communiqué diffusé sur les ondes de la radio nationale, la commission précise que plus de la moitié des 751 urnes de la capitale ont été acheminées à la Ceni sans les scellés officiels réglementaires.

De nombreux résultats ont, par ailleurs, été enregistrés en provenance de bureaux de vote ne figurant pas sur les listes officielles.

« Face à cette situation et dans un souci d’apaisement permanent, la Ceni a décidé de ne pas procéder à la proclamation des résultats provisoires de Lomé », lit-on dans le communiqué.

La commission a décidé de renvoyer l’affaire devant la Cour constitutionnelle, chargée de valider les résultats définitifs et d’instruire les éventuelles plaintes.

Selon des résultats provisoires valables pour la majeure partie du pays, le Rassemblement du peuple togolais (RPT, l’ancien parti unique toujours au pouvoir) a remporté au moins 49 des 81 sièges de députés en jeu.

Les résultats de Lomé, les seuls attendus depuis plusieurs jours, devraient permettre d’attribuer les cinq derniers sièges restants. Selon les responsables de la Ceni, ils devraient aller à l’Union des forces de changement (UFC) de l’opposant « historique » Gilchrist Olympio. C’était la première participation à des législatives de l’UFC depuis 1994.

Le parti d’Olympio a dénoncé des fraudes et des irrégularités lors du scrutin du 14 octobre et vient de saisir la Cour constitutionnelle à cet effet.

Les observateurs internationaux, dont ceux de l’Union européenne, de l’Union africaine et de la Cedeao, ont pourtant jugé le scrutin globalement transparent, libre et démocratique.

Le gouvernement du président Faure Eyadéma, qui a succédé à son père, le général-président Gnassingbé Eyadéma, décédé en février 2005 après quatre décennies au pouvoir, espère que ces législatives déboucheront sur une reprise totale de l’aide de l’UE, principal bailleur de fonds du Togo jusqu’en 1993.