25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

13 janvier 2004: Devoir de mémoire et impératif d’action

Pour la 41è fois, le peuple togolais se souvient de [l’assassinat de son 1er Président Sylvanus Olympio->http://www.letogolais.com/article.html?nid=650]. L’état de dégradation généralisée du pays et le sadisme éhonté de ceux qui le dirigent actuellement sont autant d’interpellations à tourner le dos au fatalisme et à agir à l’aune de l’efficacité.

Pendant que les Togolais se débattent avec une angoisse toute légitime dans les difficultés liées à leur survie, Eyadéma et les siens se vautrent dans la bombance et la ripaille avec l’assurance de ceux qui n’ont rien à craindre d’adversaires hypothétiques. Ce 13 janvier 2004, les Togolais subissent une fois de plus la torture visuelle et cérébrale de la java organisée par le dictateur comme pour consacrer le gouffre indicible dans lequel le Togo est plongé depuis [l’aube de ce 13 janvier 1963->http://www.ufctogo.com/article.php3?id_article=241] où Sylvanus Olympio est tombé sous les balles de la lâcheté et de l’ignominie.

Nul besoin de ressasser le corollaire traumatique de cet événement et le chapelet de malheurs qu’il a entraîné pour le pays. Il suffit de regarder sans complaisance l’atmosphère qui préside aux différentes « célébrations » du 13 janvier pour se rendre compte du fait qu’en dépit de toutes les contorsions du régime à travers le temps, les Togolais ont définitivement imprimé à cette date une signification très précise. Oui, le 13 janvier est une exhortation au devoir de mémoire en même temps qu’un appel à la lutte pour ce que le Togo DOIT être !

Toutes les parades de la garde prétorienne, tous les déhanchements lascifs des ballets folkloriques ne changeront rien à l’affaire. Le meilleur cours d’instruction civique est celui que les Togolais, en toute connaissance de cause, se donnent eux-même dans leur cœur, loin de l’agitation indécente des usurpateurs en mal de légitimité. Sans mot d’ordre provenant d’un quelconque état-major et sans stimuli financiers ( à la différence des parasites qui vont piteusement s’exhiber devant l’autocrate), les Togolais se ressourcent à la charge politique de ce jour, avec à l’esprit ABLODE, la valeur fondatrice de leur émancipation et de leur épanouissement.

Est-il encore besoin d’en appeler à la vigilance historique d’une population qui a donné autant de gages par sa disponibilité et sa promptitude à souscrire à toutes les initiatives visant à la réconcilier avec une histoire riche de sens pour elle ? Les imposteurs qui poussent la forfaiture jusqu’à se présenter comme des « artisans de la libération économique » savent très bien que ce mythe n’opère pas et que la mythomanie qui est leur principal outil politique est depuis longtemps source de rigolade pour le peuple. Voilà pourquoi, pour donner le change aux rapaces invités à cette partouze qui ne dit pas son nom, on va tirer de malheureux quidams de leur anonymat pour les présenter à la télévision nationale comme «les vaillantes populations mobilisées derrière le guide éclairé»!

La mémoire d’un peuple est un sanctuaire inviolable, fut-ce à coup de slogans ou de millions de francs, les Togolais sont liés à la combativité du nationalisme de Sylvanus et de ses amis ainsi qu’à la résolution de leur engagement au service du progrès du pays. Le vivier que cette vérité constitue est de loin plus fertile que toutes les affabulations posthumes que la seule évocation du nom d’Olympio suscite chez certains. Mais l’importance du devoir de mémoire ne saurait justifier ni l’apathie, ni l’attentisme constatable ces derniers temps dans les rangs de ceux qui portent aujourd’hui l’étendard de la libération du Togo. Au risque de choquer, l’impression est de plus en plus nette chez beaucoup de Togolais que l’opposition a désormais pris le parti de laisser l’initiative au dictateur Eyadéma, quitte à improviser à la sauvette une réaction après-coup !

Là réside également une autre perspective du 13 janvier : l’impératif de l’action réfléchie avec obligation d’efficacité. L’usurpation a assez duré et l’anticipation des Togolais doit être possible avec un peu de volonté ! Quelle que soit la forme qu’elle prendra, ce n’est qu’à cette condition que le 13 janvier retrouvera son essentielle unité !

La rédaction letogolais.com

Lire également:
[Assassinat de Sylvanus Olympio: monsieur X raconte…->http://www.letogolais.com/article.html?nid=650]
[TOGO : c’était l’aube 13 janvier 1963->http://www.ufctogo.com/article.php3?id_article=241]