27/01/2023

Les actualités et informations générales sur le Togo

CAR: le Gouvernement a enterré le dialogue national

Comité d’Action pour le Renouveau (CAR)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

A l’invitation du Premier Ministre de la République togolaise, le Président National du CAR a participé le mercredi 30 juin 2004 au CASEF à une séance de travail portant, est-il dit, sur la réforme du code électoral. Ont pris part à la réunion, des représentants de plus de 24 partis politiques dont les 2/3 au moins sont de la mouvance présidentielle. Etaient également présents, six associations de la société civile dont cinq de la mouvance présidentielle.

A l’ouverture de la séance prévue pour une durée de 5 minutes, selon le Premier Ministre, ce dernier a déclaré que s’il a organisé la réunion, c’est tout juste en vue de demander à chacune des organisations invitées de désigner une personne pour siéger dans un comité qu’il a créé pour étudier les réformes à apporter au code électoral et les modalités de financement des partis politiques.

Le CAR et les leaders d’autres partis connus pour leur opposition au régime ont élevé de vives protestations contre le fait par le gouvernement de les avoir convoqués pour la séance de travail en passant purement et simplement sous silence la proposition qu’ils avaient faite pour la mise en place d’un comité préparatoire du dialogue national, lors des consultations du 10 au 18 juin 2004. Ils ont réitéré la proposition.

Les représentants des partis politiques et associations de la mouvance présidentielle ont tour à tour pris la parole pour défendre l’idée qu’il revient au Gouvernement seul de déterminer les modalités d’organisation du dialogue national parce que c’est lui qui en a pris l’engagement à Bruxelles.
A l’issue de ces échanges, le Premier Ministre, sans se préoccuper d’en faire une synthèse et envisager des pistes de compromis, clôtura la séance en déclarant que la cause est entendue: le comité de réforme du code électoral est mis en place; lequel comité sera composé d’une trentaine de personnes dont les 2/3 au moins pour la mouvance présidentielle.

Par le biais de ce fameux « comité de réforme du code électoral », le Premier Ministre venait ainsi d’enterrer le dialogue national.

Or, des 22 engagements de Bruxelles, celui auquel le Gouvernement togolais semblait avoir attaché une importance primordiale en le plaçant à la tête des 21 autres, est l’engagement par lequel il a promis de reprendre avec l’opposition traditionnelle un dialogue crédible dans un cadre structuré et transparent; ayant compris que pour l’Union Européenne, c’est dans le cadre du dialogue ainsi défini, que la classe politique togolaise doit s’accorder sur les nouvelles règles électorales susceptibles de remédier au déficit démocratique qui constitue la cause fondamentale de la suspension de sa coopération avec le Togo.

Le CAR ne saurait être complice d’une manœuvre visant à évacuer le dialogue national tel que prévu par le point 1-1 des engagements de Bruxelles.
C’est pourquoi, il a décidé de ne désigner personne pour siéger dans le « comité de réforme du code électoral » créé par le Premier Ministre.

Le CAR demande de nouveau au Chef de l’État d’intervenir personnellement pour arrêter la fuite en avant du Premier Ministre afin que le dialogue national auquel l’État togolais s’est engagé à Bruxelles soit organisé dans des conditions qui sortent le pays de la crise socio-politique.

Fait à Lomé, le 1er juillet 2004
Pour le CAR
Le Président national,
Me Yawovi Agboyibo

Comité d’Action pour le Renouveau (CAR)
Courriel: yagboyibo@bibway.com
58, Avenue du 24 Janvier, Lomé Togo
BP. 06 – Tél: (228) 222-05-66 – Fax: (228) 221-62-54