28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Déclaration du CAR-PSR-UDS-UFC lors de la manifestation du 18 décembre

DECLARATION du CAR, PSR, UDS-Togo, UFC

A l’appel des leaders des partis soussignés, les militants et sympathisants du CAR, du PSR, de l’UDS-Togo, de l’UFC, ainsi que les travailleurs et les populations de la Commune de Lomé et des localités voisines, ont massivement participé, ce jour, Samedi 18 décembre 2004, à travers les rues de la capitale, à une marche pacifique, pour protester contre les augmentations injustifiées, excessives et cavalières des prix des produits pétroliers, décidées par le gouvernement togolais.

En effet, par arrêté du Ministre du commerce , non rendu public au moment de l’entrée en vigueur des nouveaux tarifs, les prix par litre à la pompe des produits pétroliers ont été majorés dans des proportions dépassant 36% de hausse.

L’acte ainsi posé, traduit une fois encore, le mépris et le cynisme que le gouvernement et le régime en place au Togo affichent à l’égard des laborieuses populations togolaises.

En effet, la manière sournoise dont la mesure d’augmentation a été mise en vigueur, sans aucune annonce préalable, sans aucun avertissement, montre le manque total d’égard et de respect pour le Peuple togolais souverain, que le régime en place considère comme taillable à merci !

De plus, les augmentations de tarifs des produits pétroliers interviennent au Togo, au moment où, en raison de la faiblesse quasi structurelle des taux de change du dollar américain, mais aussi du fléchissement notable des prix du baril de pétrole brut sur les marchés internationaux, des pays de la sous région, à l’instar de certains pays industrialisés, procèdent à la diminution de leurs tarifs pétroliers à la pompe.

Par ailleurs, la structure des prix du pétrole, dont l’incohérence et le manque de transparence ont été relevés à plusieurs reprises mais en vain par les partenaires au développement, continuent de présenter des aberrations qui n’ont d’autres justifications que la gestion mafieuse et le racket fiscal organisés par les pouvoirs publics, autour d’un secteur aussi vital que le secteur de l’énergie, porteur de revenus substantiels tant pour les professionnels du secteur que pour l’Etat, et le facteur stratégique de la production nationale et de la croissance économique.

Enfin, cette mesure d’augmentation intervient au moment où les errements du régime RPT ont plongé l’économie nationale dans une spirale de dépression, avec son cortège de chômage et d’anéantissement du pouvoir d’achat des travailleurs et des masses laborieuses, d’aggravation de la pauvreté, de la précarité et de la misère, sur toute l’étendue du territoire national.

L’arrêté subreptice du Ministre du commerce en date du 1er décembre 2004, constitue la hausse de trop imposée aux Togolais, après les augmentations en série des prix, notamment de l’eau, de l’électricité, du téléphone, etc., depuis la dévaluation du franc CFA, sans le moindre ajustement conséquent des salaires, des pensions et des bourses d’étude.

C’est dire que notre pays, connaît depuis bon nombre d’années, une situation économique et sociale désastreuse dont le gouvernement et le régime RPT en place, portent l’entière responsabilité.

C’est dire aussi que le gouvernement et le régime RPT, englués dans leurs contradictions, dans leurs incohérences, dans leur mauvaise foi, dans leur manque totale de volonté politique, davantage préoccupés par leurs intérêts égoïstes et mafieux, manquent totalement d’initiatives et de projet socio-économique pour sortir le pays de cette situation qui perdure.

C’est dire enfin, que l’incompétence et l’incapacité de ce régime qui se refuse à toute réforme, a atteint des limites telles, qu’il n’a plus vocation à répondre ni aux attentes, ni aux aspirations du Peuple togolais souverain, en termes de bonne gouvernance politique et économique, de transparence, de développement durable et de bien-être physique et moral des fils et des filles de notre pays le Togo.

En conséquence, les partis politiques organisateurs de la marche de protestation de ce jour, appellent leurs militants et sympathisants, les travailleurs et les masses laborieuses, et l’ensemble des forces vives de la nation togolaise, à se mobiliser pour obtenir l’abrogation de l’arrêté ministériel portant augmentation du prix des carburants.

Fait à Lomé, le 18 décembre 2004

Pour le CAR : Me Y. AGBOYIBO
Pour le PSR : Me T. ABI
Pour l’UDS-Togo : E. TCHAGOLE
Pour l’UFC : E. AKITANI BOB