26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Election Togo : refuser la mascarade électorale (Pétition SURVIE)

APPEL : Communiqué à publier le 27 avril 2005

– Au Président de la République française,
– Aux États Membres de l’Union Européenne,
– Au Président de la Commission Européenne,
– Au Secrétaire exécutif de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO),
– Au Président de l’Union Africaine,
– Au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations-Unies.

ÉLECTIONS TOGO: REFUSER LA MASCARDE ÉLECTORALE

Alors que de nombreux observateurs du scrutin présidentiel du 24 avril 2005 ont constaté un vote massif du peuple togolais en faveur du candidat de l’opposition unie, le pouvoir en place, mené par le fils du défunt dictateur Éyadéma, a organisé une vaste opération de manipulation, démontrée par les faits suivants :

– l’interdiction pour les média privés de couvrir les 2 dernières semaines de la campagne électorale,
– le refus du gouvernement togolais d’intégrer des représentants des partis d’opposition dans les instances locales de révision des listes et de distribution des cartes, opéré au strict profit du candidat du pouvoir,
– de nombreuses intimidations et exactions commises par des agents des forces de l’ordre et des milices du parti présidentiel dans les jours précédant le scrutin,
– le refus du gouvernement togolais de permettre la présence des représentants de l’opposition dans les bureaux de vote pour participer au contrôle des opérations de vote,
– le saccage du centre informatique de contrôle du candidat de l’opposition,
– la saisie et la destruction d’urnes par des éléments armés,
– des actes de fraude électorale constatés dans de nombreux bureaux de vote de la capitale (votes multiples, falsification de cartes d’électeur et de bulletins…),
– l’immixtion violente de l’armée tout au long de la journée du 24 avril,
– la longue coupure de la quasi-totalité des moyens de télécommunication jusqu’à la proclamation des résultats le 26 avril et au-delà.

Fort du soutien sans faille de la Présidence de la République française (complice depuis quatre décennies de la dictature Éyadéma), sous l’attitude bienveillante du représentant des Nations-Unies et avec la complaisance de la CEDEAO derrière laquelle s’est retranchée l’Union Européenne pour l’observation du scrutin, le gouvernement togolais a osé annoncer la victoire de son candidat, créant un climat quasi insurrectionnel.

De ce qui précède, les signataires exhortent la communauté internationale à :

– refuser de cautionner cette mascarade électorale,
– ne pas reconnaître le candidat déclaré “vainqueur”,
– agir pour permettre l’organisation de nouvelles élections présidentielles, dans un délai raisonnable, contrôlées par l’Union Européenne et par l’Organisation des Nations-Unies, sur la base d’un recensement réactualisé et fiable.

SIGNATAIRES :

– ASSOCIATIONS:

– PERSONNALITES: