06/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

En réponse à la reconnaissance de l’élection de M. Eyadéma par M. Chirac

Communiqué de l’UFC Samedi,7juin 2003

L’Union des Forces de Changement (UFC) a appris par les ondes et en a reçu confirmation auprès de l’Ambassadeur de France au Togo-que le Président de la République française, M. Jacques Chirac a présenté ses félicitations à M. Gnassingbé Eyadéma pour sa réélection à la tête de l’Etat.

Cette information suscite de la part de l’UFC, la réaction suivante:

1- Il est étrange que M. Jacques Chirac qui ne rate jamais l’occasion d’invoquer le respect de la légalité à l’appui de ses prises de position, notamment au plan international,- rappelons nous l’Irak-, s’empresse de se prononcer sur des résultats provisoires sans attendre leur validation par la Cour Constitutionnelle, comme le prescrit le Code Electoral togolais.
2- Cet empressement de M. Chirac à connaître la prétendue élection de M. Eyadéma, procède simplement d’une opération orchestrée avec M. Eyadéma et destinée à faire accepter par la communauté internationale une élection dont il sait parfaitement qu’elle est frauduleuse et qu’elle n’est que le résultat d’un nouveau hold-up électoral au détriment de M. Emmanuel Bob AKITANI, candidat du PFC/UFC.

3- Un minimum de décence et de sens moral aurait voulu que M. Chirac observât une attitude patiente comme les populations togolaises qui ont attendu 4 ans la tenue de l’engagement qu’il a prétendu avoir arraché au chef de l’Etat togolais en 1999, de ne pas faire acte de candidature en 2003, engagement dont le non respect semble le réjouir.

4. Les populations togolaises ne sont pas très surprises de l’empressement de M. Chirac à reconnaître l’élection frauduleuse de M. Eyadéma. Parce Qu’elles connaissent sa propension à entretenir des relations étroites avec les dictateurs africains. Souvenons-nous de son soutien acharné au dictateur Zaïrois Mobutu Sésé Séko, jusqu’à sa fuite du Zaïre. Souvenons-nous de son soutien ferme au dictateur fraudeur Didier Ratsiraka jusqu’à son éviction par son rival Marc Ravalomanana. Souvenons-nous de l’invitation adressée il n’y a pas longtemps, au dictateur zimbabwéen Robert Mugabé pour participer à la réunion France-Afrique alors que celui-ci est sous sanction de la communauté internationale.

5- Les populations togolaises ont compris depuis longtemps qu’elles ne doivent compter que sur elles-mêmes pour défendre leurs intérêts. Elles sont déterminées à se mobiliser pour mettre fin à la dictature abjecte de M Eyadéma. Que Chirac soutienne ou non!

Pour le Bureau National,
Le Secrétaire Général,
Jean-Pierre FABRE