27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La MODENA Consternée par la désignation des membres pour la nouvelle Cour constitutionnelle

MOUVEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT NATIONAL(MODENA)

BUREAU DIRECTEUR NATIONAL(BDN)

COMMUNIQUE N° 3

Le Bureau Directeur National du MODENA a appris avec étonnement et consternation la désignation, le 24 mai dernier, par les députés de l’Assemblée Nationale, de six membres pour la nouvelle Cour constitutionnelle, conformément aux dispositions constitutionnelles en la matière.

C’est dire qu’il reste au chef de l’Etat de nommer, à son tour, comme le lui enjoint la Constitution, les trois autres membres pour que soit achevé le renouvellement qualitatif de la Cour constitutionnelle, appelé de leurs voeux par le peuple togolais, la communauté internationale et l’opinion mondiale.

Comme il ne cesse de le déclarer depuis la fondation du MODENA, le Bureau Directeur National s’étonne de la façon précipitée et sans recherche réelle de consensus dont certains partis signataires de l’Accord politique global (APG) en liaison avec le président de la République, chef de l’Etat, et le gouvernement d’union nationale s’efforcent à l’appliquer à la hussarde et sans états d’âme.

Le Bureau Directeur National du MODENA tient à exprimer son indignation devant la volonté de certains de mener aux pas de charge l’organisation des prochaines élections législatives, comme le témoignent le fixation d’une date trop rapprochée pour la tenue des élections et la nomination de six membres de la Cour constitutionnelle par les membres de l’Assemblée Nationale sans réelles consultation et volonté de consensus.

Sans mettre en doute la compétence technique ni la conscience professionnelle des personnes choisies, leur expérience passée en tant que membres de l’ancienne Cour constitutionnelle controversée ou leur positionnement politique manifestement proche du régime RPT indique qu’elles sont loin de répondre aux critères de crédibilité et d’indépendance exigés par la Constitution dans ses articles 100 et 157, par la loi organique portant création de la Cour constitutionnelle en son article 2 et par l’esprit consensuel préconisé par l’APG.

Parce que dans beaucoup de pays partout dans le monde, les classes politiques s’évertuent de plus en plus aujourd’hui de constituer des gouvernements d’union nationale en vue d’affronter avec efficacité les enjeux contemporains et les défis du développement, le Bureau Directeur National du MODENA condamne la volonté délibérée de certains dirigeants politiques et gouvernants togolais de chercher à réaliser leurs seules et uniques ambitions personnelles débridées par la culture de la haine, de la zizanie, de la division et de la discorde au sein du peuple togolais.

Il exhorte l’ensemble des responsables politiques et des gouvernants togolais à se convaincre de la nécessité d’une conduite exemplaire du processus électoral actuel, ce qui n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui, afin de créer les conditions les meilleures pour un véritable changement.

Ce changement qui passe forcément par des réformes politiques, économiques et sociales et un réarmement intellectuel et moral allant dans le sens de la modernisation industrielle, de la démocratisation et du renforcement culturel de la société togolaise ne peut se réaliser que sous l’impulsion d’un véritable gouvernement d’union nationale de longue durée, basé sur une programme commun négocié et accepté par tous les partis représentatifs de l’opinion togolaise.
Il s’attachera en priorité à l’assainissement des finances publiques, au renforcement de la sécurité publique, à l’amélioration des services de santé publique et de l’éducation nationale, à la modernisation de l’agriculture et des transports publics et à l’amélioration des conditions de vie des populations surtout dans les campagnes.

Lomé, le 27 mai 2007
Atsutsè Kokouvi AGBOBLI
Président du BDN du MODENA.