06/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La participation des Togolais de l’étranger à la vie de leur pays

Conférence donnée au Congrès CIO 2006, Sherbrooke, Canada, 13 mai 2006

L’idée principale de ce que je considère comme un entretien entre vous et moi, une rencontre d’échanges, est de savoir comment les Togolais de l’étranger peuvent participer au changement de la difficile situation politique que vit leur pays. Pour moi, cette participation s’inscrit dans le juste cadre d’un rôle historique qui doit mobiliser toutes nos ressources. Mais je vais la résumer de la manière la plus simple.

Elle consiste à s’informer et informer, se former et former, mobiliser les ressources en vue d’actions décisives.

1- S’informer
Tout Togolais à l’étranger devrait se tenir au courant de ce qui se passe dans notre pays, dans son village au jour le jour. Cela suppose la lecture des nouvelles à différentes sources (Internet, radio, téléphone, télévision, fax, etc.) Il devra lire les points de vue de nos adversaires.
À partir de ces informations, il devra se construire une opinion, bien pesée et équilibrée, qu’il partagera avec ses proches.
Son jugement sera le plus objectif possible, débarrassé de la passion des moments de crise.

2 – Informer
A partir de l’opinion qu’il s’est forgée sur les événements de son pays, le Togolais de l’étranger informe ses concitoyens, amis, de notre pays ou toute personne, voire des autorités, au lieu où il se trouve.
Dans ce dernier cas, notons qu’il existe partout à travers les grands pays, ou ailleurs dans le monde, des réseaux de gens qui avaient connu le Togo (coopérants, hommes d’affaires, touristes, religieux…)
Il existe aussi des hommes de bonne volonté qui sont opposés à l’injustice et que nous pouvons approcher pour réclamer leur concours.
Souvenez-vous, il a suffi que le président Bush les somme de reculer pour qu’ils s’exécutent. (Ils sont revenus bien sûr un peu plus tard!)

3 – Se former
Étant donné que le but ultime du Togolais de l’étranger c’est de retrouver sa patrie, nous devons nous former en vue de notre intégration dans un Togo nouveau où les défis seront nombreux.
Nous devons rentrer, munis de savoir et de savoir-faire qui contribueront à enrichir la communauté nationale. Entre autres possibilités, nous pouvons aller à l’école (la connaissance de la langue du pays d’accueil est indispensable), apprendre un métier.

4 – Former
J’entends par là, le soutien que nous offrons à ceux qui nous entourent (femmes, enfants, parents ou autres membres de notre entourage) pour qu’ils soient toujours à notre niveau de compréhension des événements du Togo. Ils doivent aller à l’école, apprendre un métier, parler les langues des pays d’accueil.
Le Togolais expatrié devrait essayer de communiquer à ses hôtes sa culture et ses coutumes: chansons, danses, alimentation, art, croyances, cosmogonie, vision du monde etc.

5 -Mobiliser des ressources
A – Ressources humaines
Choisissant dans leur communauté des compatriotes dévoués et intègres, les Togolais en exil s’organiseront pour constituer un «lobby» dans chacun des pays qui comptent sur l’échiquier international.
B- Ressources financières
Nous devons penser à la constitution d’un fonds. Cela suppose que nous cotisions régulièrement ou souscrivions à une caisse commune, avec une gestion irréprochable, pour financer toute action nationale.
Compte tenu de la situation financière au pays, le soutien aux parents restés ou aux amis est indispensable.
C- Ressources relationnelles
Dans son pays d’accueil, l’expatrié togolais n’hésite pas à développer des relations avec des privés (chefs d’entreprises, hommes d’affaires, ONG) en vue de prévoir les possibilités d’investissement lorsqu’il va rentrer. En fait, la mobilisation des ressources devrait venir en renfort aux forces sur le terrain et préparer la période future.
Elle devrait aussi des visites et l’assistance aux compatriotes réfugiés dans les pays voisins ou ailleurs. Parfois, permettre à des expatriés d’aller prendre la parole au Togo.

Souhaitons, pour terminer la création partout, aux niveaux des pays d’accueil d’une association des expatriés togolais, en vue d’aboutir à une fédération internationale.

Nous ne sommes pas dupes. Il y a des gens pour qui c’est la guerre depuis le commencement. Mais nous notre but n’est pas de détruire le Togo, C’est pourquoi, ils n’ont pas de réplique. Mais ils savent qu’ils ne peuvent pas gagner. Pour clore ce débat sur cette question précise, ce n’est ni le lieu, ni le moment de parler des choses de ce genre.

Canada, le 13 mai 2006
Dossouvi Hilaire Logo