01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Le MODENA souhaite que le cadre de concertation soit désormais élargi

MOUVEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT NATIONAL(MODENA)

BUREAU DIRECTEUR NATIONAL (BDN)

COMMUNIQUE N° 4

Le lundi 14 juin dernier, le président de la République, chef de l’Etat, a reçu les six partis politiques et les deux associations de la société civile, signataires de l’Accord politique global (APG), fondement du gouvernement d’union nationale et des prochaines élections législatives.

Le Bureau Directeur National du MODENA se réjouit de cette initiative heureuse et encourageante du président de la République, chef de l’Etat et président de tous les Togolais.

C’est sûrement à la suite des conclusions plutôt mitigées, de la dernière mission de l’Union Européenne (UE) dans notre pays et des incertitudes réelles qui pèsent sur la tenue des prochaines élections législatives que le président de la République a choisi d’intervenir.

En effet, comme le proclame le MODENA depuis sa création, les conditions générales sont loin d’être remplies pour des élections législatives et ces dernières ne sont guère en mesure dans les circonstances actuelles de régler la crise généralisée à laquelle le pays est confronté.

Comme parti prônant pour l’heure la démocratie consensuelle dans notre pays et, à ce titre, parti de propositions et non de contestation stérile, le MODENA ne peut que constater que la solution réelle de la crise togolaise exige, en réalité, que l’on aille aujourd’hui nettement plus loin que l’Accord politique global.

Tout en félicitant les responsables des partis politiques et des associations négociateurs et signataires de l’APG ainsi que le médiateur en chef, le président du Burkina Faso, le président de la République togolaise et les dirigeants de l’Union Européenne, du bon travail effectué jusqu’à ce jour dans la recherche d’une solution viable de la crise togolaise, le MODENA souhaite que le cadre de concertation soit désormais élargi à toute la classe politique nationale.

A cet égard, le Bureau directeur national du MODENA encourage vivement le président de la République, fort du poids de sa charge et de l’influence dont il jouit auprès des forces structurelles détentrices de la réalité du pouvoir dans notre pays, à reconnaître que rien ne sert d’organiser et de tenir des élections à marches forcées dans des conditions contestables.

Le Bureau directeur national du MODENA souhaite que le président de la République saisisse plutôt l’occasion présente pour entreprendre, avec toutes les formations politiques constituées et quelque peu représentatives, assistées par les organisations de la société civile, une large concertation dans le but d’aller au-delà de l’Accord politique global pour négocier un véritable Compromis politique global qui solde définitivement les comptes des cinquante dernières années de l’histoire de notre pays.

Les Togolais auxquelles leurs questions de souveraineté tendent à échapper pour être discutées et résolues à l’extérieur par des étrangers, ont tout à gagner à reprendre en main la détermination de leur destin par fidélité à la mémoire des héros de leur indépendance chèrement acquise et dans la politique d’union et de réconciliation qui s’impose comme la seule et unique voie du salut de la patrie.

Pour le Mouvement pour le Développement National
Le président du Bureau Directeur National
Monsieur Atsutsè Kokouvi AGBOBLI