08/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Le peuple, le Dictateur et les Opposants

Depuis la création du CFD, les Togolais de l’intérieur et de l’extérieur ont renoué avec l’espoir de voir cette année 2003 être celle de la libération du Togo. Cet espoir sans être complètement éteint est redescendu sous la moyenne si pouvait le dire ainsi avec le scénario de toujours que nous ont livrés les responsables des partis politique, le RPT compris.

On a assiste chronologiquement a la naissance du CFD avec une présidence tournante, suivi de la formation d’un directoire permanent, puis la suspension de sa participation aux travaux du CFD par l’UFC, suspension précédée par l’envoi a titre conservatoire par Me Agboyibo en sa qualité de Vice-président du CFD des noms des personnes devant représenter le CFD à la présidentielle de juin 2003. Quelques jours plus tard l’UFC annonce son retrait pur et simple du CFD avec comme raison, l’incohérence du CFD qui par l’envoi de ces noms au Premier ministre rentre en contradiction avec les objectifs qu’il s’est fixés.

Il convient de dire que l’UFC est en plein droit de quitter le CFD si elle trouve que les décisions de celui-ci sont en contradiction avec ses objectifs et qui pourraient légitimer la récente modification de la constitution. Sans vouloir juger l’état major de l’UFC qui a pris cette décision, il me semble qu’il aurait été judicieux de rester dans le groupe et de continuer à travailler ensemble avec les autres pour la recherche d’une solution au problème togolais.

Le choix de l’UFC ayant été autre, chacun des protagonistes s’est livrer à une campagne d’information soit directement soit par personne interposée tout en préparant le peuple togolais à ce qui pourrait être considérer par celui ci comme étant une réaction au problème causé par l’envoi des noms au Premier ministre.

La première réaction est venue de l’UFC qui, dans la foule a annonce la candidature de son président sans consultation du CFD (ce qui me semble normal car désormais ne faisant pas partie de ce collectif), a la prochaine élection présidentielle. Il est important de noter que même les responsables des parties politiques qui n’ont pas approuve la façon dont les noms avaient été envoyés au Premier ministre et qui ont défendu la position de l’UFC, n’ont pas jugé opportun de quitter le CFD et continuent de travailler à la recherche des voix et moyens pour profiter de cette élection pour provoquer le soulèvement populaire, car c’est à cela seulement que servira la participation de l’opposition a cette élection puisque le dictateur n’acceptera jamais le verdict des urnes qui lui est déjà défavorable. Encore faut-il préparer ce peuple à ce soulèvement populaire car un soulèvement populaire spontané n’est pas envisageable au Togo tel qu’on l’a connu et tel qu’on le connaît encore aujourd’hui.

Quant au CFD, il a en quelque sorte réagit avec la conférence de presse qu’il a donne dont le maître mot était de rappeler l’objectif du CFD qui est de mettre fin a la souffrance du peuple en mettant fin au règne du dictateur et que cela ne saurait être réalisé à l’état actuel des choses que par une candidature unique de l’opposition à la prochaine élection présidentielle.
Ici encore, il faut noter que le CFD est dans son droit d’avoir un candidat unique en son sein et jusqu’à maintenant c’est la thèse qu’il défend si ce n’est que ce candidat n’est pas encore choisi. Peut être une stratégie par rapport au RPT ou encore problème de leadership en son sein.

Jusqu’aujourd’hui, l’arme absolue de l’opposition a été le boycott même si on a noté dans le passe, deux participations à deux différentes élections. Cette pratique ( le boycott) a montré ses limites puisque dans tous les partis de l’opposition on le reconnaît et certains n’hésitent même pas à parler de grosse erreur de stratégie de l’opposition surtout depuis les dernières législatives quand le RPT a profité du boycott pour se tracer ce que certains ont appelé un boulevard qui sans doute risque de poser un sérieux problème a cette même opposition à commencer par Gilchrist. Il me semble qu’il y avait déjà certains responsables politiques de cette même opposition qui avaient vu les choses venir et le fait que ces derniers aient eu le courage politique de le dire haut a suffit pour les taxer d’ Rpetistes.

La décision prise par l’UFC d’annoncer la candidature de son président en aucun cas différente de celle qu’a prise Me Agboyibo en envoyant les noms des représentants de l’opposition au Premier ministre. TOUTES DEUX LEGITIMENT DE FACTO LA RECENTE MODIFICATION DE LA CONSTITUTION ET RECONNAÎT LA CENI DANS SA FORME ACTUELLE.

Vouloir aujourd’hui obliger le CFD d’accepter le candidat designé par un parti politique (l’UFC) qui n’est plus un de ces membres depuis son retrait me semble faire preuve de mauvaise agressivité politique.

Au lendemain de la modification de la constitution, Gilchrist Olympio avait déclaré que désormais l’heure n’est plus à la discussion mais à la confrontation. Cela ressemble à ce que les Togolais ont entendu au lendemain de sa victoire des présidentielles volées par Eyadema. Cette annonce avait donné plein d’espoir aux Togolais et puis plus rien. Aujourd’hui on revient sur sa parole pour annoncer sa participation à l’élection présidentielle et l’on annonce que l’article de la constitution qui oblige les futurs candidats à l’élection présidentielle d’avoir résidé au Togo au moins douze mois avant de déposer leurs candidatures n’est pas rétroactif et donc ne les concerne point.

Ce n’est pas la première fois que Eyadema prend des mesures pour écarter Gilchrist Olympio de la course au pouvoir et chaque fois qu’il l’a voulu, il l’a fait. C’est dire que s’il le veut encore, il le fera. Alors que ferra l’UFC? Demandera t-elle encore à ces camarades de lutte à qui elle tourne le dos aujourd’hui de la soutenir ? C’est pourquoi il est impératif que l’UFC retourne dans le CFD pour qu’ensemble ils choisissent leur candidat unique qui serra soutenu par le peuple. Sans quoi l’histoire ne jugera pas que Eyadema et son équipe mais aussi ceux qui ont joué avec la confiance du peuple !

Il est clair que quel que soit ce qui a pu se passer au CFD, l’annonce de la candidature de Gilchrist Olympio (même si on a vu comme par hasard certaines personnalités qui ont joué un rôle de premier plan pendant la période de transition sortir de leur léthargie et prendre position pour cette candidature allant même jusqu’à porter des accusations sur des morts qui ne pourront plus jamais se défendre), est une erreur fondamentale qui risque de porter préjudice au peuple.

Lorsqu’on choisit de travailler en groupe et surtout le groupe dont on a la responsabilité, il n’est pas conseillé de se séparer du groupe des qu’on rencontre la première difficulté quelle que soit l’importance de cette difficulté. Tout se passe comme si l’UFC n’acceptait que ce qui garanti pour son président la place du candidat unique de l’opposition.

Alors que les leaders de l’opposition se tirent les pattes au lieu de trouver son candidat unique et chercher les voix et moyens pour conserver la victoire que le peuple est prêt à lui donner, le RPT lui, continue de préparer aisément comment voler la victoire car étant convaincue que le peuple lui infligera une défaite.

Je ne suis pas du tout d’avis de ce qui demande au CFD de se rallier derrière l’UFC pour la simple raison que cette formation politique a agit comme si elle n’avait besoin de personne pour libérer le Togo.
Il serait souhaitable qu’elle reprenne sa place dans le groupe afin qu’ensemble ils puissent enfin designer un candidat unique pour le peuple qui ne demande que ça.

En attendant le peuple meurt de fin, de soif, de manque de médicament. Comme quoi ce n’est pas seulement les grandes puissances qui détruisent les l’Afrique et le Togo avec !

Malgré ces détours malheureux, il n’est pas exclut que nos leaders nous réservent une surprise agréable pour cette année 2003 pour être ainsi dans la logique de ce qu’ils n’ont pas arrêté de répéter depuis la fin de l’année dernière.

Bruxelles

Tettey Koffi
tetteykoffi@yahoo.fr