01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Lettre ouverte aux autorités allemandes

LETTRE OUVERTE AUX AUTORITÉS ALLEMANDES

Objet: Situation des demandeurs d’asile togolais en instance de refoulement vers leur pays

Mesdames/Messieurs
Les Députés de Bundestag

Le mouvement Bâtir le Togo dont je suis le Président voudrait vous saisir à propos de la situation de demandeurs d’asile Togolais qui sont refoulés par force vers leur pays.

Notre mouvement est très inquiet de ce qui peut être source de graves dangers pour la plupart des personnes qui sont concernées par ces mesures.

En effet, le refoulement vers leur pays des demandeurs d’asile togolais dont la demande a été rejetée, se fait essentiellement sur la base de ce que les pays européens en particulier et les nations occidentales en général pensent que depuis la signature des accords intitulés «Accord Politique Global» le 20 août 2006 entre l’opposition togolaise et le pouvoir en place, la situation politique est assez normalisée pour que les citoyens togolais puissent retourner dans leur pays.

Il nous semble cependant qu’en raisonnant de cette manière, vos pays et vous-même faite abstraction de la triste réalité de ce pays et que par conséquent, les actes ainsi posés qui consistent en l’extradition ou la déportation vers leur pays de ces personnes, risquent d’être source de danger pour la vie, l’intégrité physique et la sécurité de celles-ci.

En effet, vous n’ignorez pas la situation tout à fait particulière de ce pays qu’il me plaît de vous rappeler brièvement. Le Togo est ce pays qui a été dirigé pendant 38 ans par une dictature militaire des plus féroces présidée par le Général Eyadema. Cette dictature est arrivée à maintenir le peuple togolais sous sa férule avec l’aide d’une armée tribale dont la totalité du commandement effectif se trouvait entre les mains du Général Eyadema et ses proches parents. Sous le règne de celui-ci et de son parti, le Rassemblement du Peuple Togolais, les pires atrocités, la confiscation de toute liberté et les violations des droits humains ont été commises et le peuple togolais a été totalement bâillonné.

A la mort de celui-ci le 5 février 2005, son fils Faure Gnassingbe qui est actuellement au pouvoir, a été proclamé le même jour président pour terminer le mandat de son père par les militaires de l’armée tribale mise en place par le père. Lorsque le peuple a protesté et essayé de rejeter cette pratique, plusieurs personnes ont été tuées. Mais les cris de détresse et refus de cette action violatrice de la constitution ayant été relayés par la communauté internationale, le pouvoir et son armée furent contraints d’accepter des élections qu’ils vont organiser à leur manière et truquer comme par le passé.

Lorsque le peuple protestera contre la proclamation de Faure Gnassingbe comme président au mépris des véritables résultats des élections qui donnaient l’opposition gagnante, plusieurs citoyens togolais tomberont morts, assassinés par les balles meurtrières d’une armée au service de la famille Gnassingbe. Plusieurs furent blessés ou mutilés et d’autres ont été obligés de fuir le pays ou de disparaître.

Monsieur Faure Gnassingbe s’est depuis lors tranquillement installé au pouvoir, et le 20 août dernier, pour faire respectable, il accepta de signer des accords avec l’opposition togolaise suite à des négociations préalables avec une frange de celle-ci.

Lorsque l’on connaît le pouvoir togolais, le Rassemblement du Peuple Togolais, parti au pouvoir, et quand on se rappelle du nombre de fois que des accords politiques ont été signés avec le pouvoir togolais sous le règne du Général Eyadema sans qu’aucun de ces accords n’aient fait l’objet d’un véritable respect, on ne peut pas se précipiter pour donner le bon Dieu au fils sans confession.

Il nous semble donc que la précipitation actuelle qui consiste à croire que tout le problème togolais est déjà réglé est véritablement dangereuse. Il faudrait au contraire se donner du temps pour juger de ce qui va arriver dans ce pays. Attendre que les élections législatives aient lieu et qu’un véritable gouvernement soit mis en place devrait être le minimum des attitudes à observer.

Rien en effet ne permet de croire que d’ici là, le gouvernement actuel qui ne maîtrise pas grande chose, ne sera pas mis en difficulté d’une façon ou d’une autre, et le pouvoir entièrement remis entre les mains de ses principaux et véritables tenants.

Bâtir le Togo pense donc que la seule attitude digne qui doit être observée pour le moment, devrait être celle de la prudence. Pour cette raison, notre mouvement sollicite qu’il vous plaise de suspendre les procédures actuelles de déportation ou de refoulement des citoyens togolais jusqu’à ce que la situation du pays soit claire et qu’il ne plane plus aucune ombre de crainte sur la vie et la sécurité de ceux qui seraient envoyés dans leur pays.

Dans cette attente et comptant sur votre compréhension ainsi que votre humanisme et votre respect de la dignité humaine, nous vous prions, de croire, Mesdames et Messieurs, en l’assurance de notre considération.

Paris, le 3 novembre 2006
Albert Komi Ametana
Le Président fédéral

« Bâtir le Togo »- Deutschland e.V.
Wurfbeinstr. 29; 90482 Nürnberg. Tel : 01796653676. Fax : 0911.8104518
Courriel: aalbert@freenet.de