25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Message du Professeur Léopold GNININVI, candidat de la CDPA

ELECTIONS PRESIDENTIELLES DU 1er JUIN 2003

« UN TOGO POUR TOUS : CREER LES CONDITIONS FAVORABLES POUR UNE VERITABLE ECLOSION DES ENERGIES ! »

Chers compatriotes,

Nous sommes à un moment fort de notre histoire. Le scrutin du 1er juin n’est pas une échéance comme toute autre.

Le dimanche 1er juin , vous ferez un choix qui sera lourd de conséquences pour notre avenir commun et pour notre devenir. A vous tous, à nous tous, jeunes, étudiants, travailleurs, chômeurs, femmes et hommes de tous âges, l’occasion est donnée de mettre fin à l’enlisement de notre pays. Oui notre pays est malade, très malade. Vous connaissez ses maux et leurs causes:

– une économie complètement par terre
– un chômage et une misère généralisés
– des violations permanentes de droits de l’hommes;
– un Etat de non droit où préfets et chefs traditionnels sont devenus des épouvantails;
– un pays au ban de la communauté internationale.

Il doit être mis fin au système qui est responsable de cette situation.

C’est tout l’enjeu du scrutin du 1er juin.

Après le 1er juin notre pays doit cesser d’être la risée de la communauté internationale.

Plus de trente six ans de règne sans partage, ça suffit!

Pour nous, la fin de ce système ne doit en aucun cas être une occasion de règlement de comptes.

Ce sera l’occasion de s’ouvrir vers une ère de refondation.
Oui, nous devons réapprendre à vivre ensemble. Réapprendre à vivre ensemble, c’est:

– cesser d’opposer les ethnies entre elles;
– cesser d’opposer les civils aux militaires;
– dépolitiser la vie quotidienne du citoyen moyen pour que nos medias d’Etat soient au service du développement et du bien être de tous
– déprivatiser l’Etat, car l’Etat, c’est pour nous tous ;
– redonner aux chefs traditionnels et aux préfets leur vraie fonction dans les villages et préfectures ;
– laisser les juges juger selon leur conscience ;
– redonner confiance aux Togolais et aux opérateurs économiques;
– redonner au Togo sa place dans la communauté internationale;

Le commerce doit reprendre, les ghanéens, Béninois, Ivoiriens, … doivent pouvoir revenir vendre ou acheter chez nous.
Nos paysans doivent être mieux encadrés et soutenus pour avoir une vie décente ;
La jeunesse doit pouvoir étudier dans de bonnes conditions dans nos écoles et universités
Tout jeune doit pouvoir trouver du travail et fonder sa famille au Togo
D’urgence, un réseau de dispensaires doit émailler tout le territoire national pour que le peuple soit en bonne santé ;

Sur le plan politique,
Nous devons redonner aux institutions leur vocation première qui est d’être au service de l’Etat et donc de tout le monde.
La Constitution et les textes de loi doivent être remis en bon ordre
Les conditions d’équité et de non exclusion doivent être remises en place dès avant les prochaines élections législatives anticipées.

Cela est-il possible?

Je sais que vous êtes nombreux à vouloir qu’il en soit ainsi. Mais je sais aussi que vous doutez, vous doutez fortement des conditions d’organisation de ce scrutin:

– listes électorales et cartes électorales élaborées dans l’opacité;
– entraves de tous genres dans la distribution des cartes d’électeurs (moins de 40% dans la commune de Lomé au 7ème jour de la distribution);
– harcèlement des militants de l’opposition ;
– Loi fondamentale et loi électorale contestables car injustes.

Vous êtes aussi dans le doute parce que l’opposition n’a pas su choisir un candidat unique pour faire face à la situation qui s’avère être un grand défi à relever.

Je peux vous dire, les yeux dans les yeux, que notre parti, la CDPA a fait l’impossible pour dégager ce candidat. Cela n’a finalement pas été possible. Je le regrette fortement. Mais à vous, je demande indulgence. Je vous demande aussi de ne pas céder au découragement. Car nous sommes au bout de notre lutte. Faisons en sorte que ce moment important ne soit pas un rendez-vous manqué. Notre peuple par le passé a toujours su relever des défis de ce genre. Vous pouvez encore montrer que face à l’oppression votre cœur soupire vers la liberté. Vous devez, vous pouvez être maîtres et artisans de votre destin.

Ensemble, créons les conditions pour entrer dans une nouvelle ère. Il dépend de nous que votre volonté, notre volonté exprimée dans les urnes soit respectée. Pour cela, nous devons dès à présent aller retirer nos cartes d’électeurs. Dès à présent, pour déjouer toute tentative de fraudes sous diverses formes, chaque électeur doit être en même temps un observateur attentif du processus électoral. Par notre implication, notre vigilance, notre mobilisation nous pouvons faire de ce scrutin autre chose qu’une nouvelle mascarade de plus.

J’aurai l’occasion, tout au long de ces deux semaines de vous dire ce que je ferai , si vous m’accordez votre confiance pour remettre debout notre pays. D’ores et déjà, je peux vous dire que je ne ferai pas de promesses que je ne serai pas en mesure de tenir. Mais il existe bien des moyens pour sortir notre pays de la longue nuit dans laquelle il a été plongé. Je m’engage dès à présent à créer les conditions favorables pour une véritable éclosion des énergies et initiatives individuelles comme collectives pour bâtir notre pays. C’est ensemble que nous relèverons les nombreux défis qui nous attendent.

C’est ensemble que nous relèverons les nombreux défis qui nous attendent.

Les conditions de ce scrutin sont injustes mais nous n’avons pas le choix.

Ce que peuple veut, Dieu veut.

Alors saisissons cette mince chance pour que, de nouveau, le Togo appartienne à nous tous.