06/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Mondial: le conflit des primes des togolais est réglé

DORTMUND (AP)18.06.06 — Le conflit sur les salaires et primes des joueurs togolais à la Coupe du monde a été réglé dimanche suite à l’intervention de la Fédération internationale de football (FIFA), qui a réussi à persuader les Eperviers de ne pas boycotter leur prochain match contre la Suisse.
« C’est réglé. C’est fini », a déclaré dimanche soir le milieu de terrain togolais Thomas Dossevi. « Maintenant on va pouvoir se concentrer sur le football ».

Thomas Dossevi a expliqué que la FIFA avait obtenu de la fédération togolaise de football la garantie que les joueurs recevraient leurs primes. Il n’a pas détaillé les termes de l’accord. « Nous sommes satisfaits », a-t-il simplement dit.

La FIFA avait décidé d’intervenir dimanche après avoir eu vent de rumeurs selon lesquelles les joueurs togolais refusaient de se rendre à Dortmund, où ils doivent jouer contre la Suisse lundi, afin d’obtenir satisfaction.
« Il y avait des rumeurs voulant qu’ils refusaient de venir jouer », a expliqué le porte-parole de la FIFA Andreas Herren. « Nous avons dû les contacter pour leur rappeler leurs responsabilités envers le football, eux-mêmes et leur pays ».
La question des salaires et des primes des joueurs a empoisonné la préparation du Togo, dont c’est la première participation au Mondial, et a également été à l’origine du départ temporaire du sélectionneur Otto Pfister avant le premier match de son équipe (défaite 2-1 face à la Corée du Sud).
Les joueurs réclamaient 200.000 dollars (158.000 euros) pour participer à la Coupe du monde, plus 39.000 dollars (30.000 euros) par victoire et 20.000 dollars (15.000 euros) par match nul.
Selon le porte-parole de la fédération togolaise, Meslan Attolou, le conflit a de nouveau explosé dimanche lorsque les joueurs ont exigé l’équivalent de 96.000 dollars (76.000 euros) en argent liquide. Le gouvernement togolais avait offert l’équivalent de 58.000 dollars (46.000 euros).
La sélection togolaise ne s’est finalement rendue à Dortmund qu’après l’intervention de la FIFA. Le groupe togolais est arrivé à son hôtel dimanche après-midi. Leur dernier entraînement, initialement prévu à 15h30 locales a été décalé à 20h00. Les règlements de la FIFA imposent aux équipes d’arriver au stade la veille des matches.
Le porte-parole de la FIFA a souligné qu’en cas de boycott de l’entraînement de dimanche au Westfalenstadion de Dortmund et du match lundi, le Togo serait automatiquement disqualifié de la Coupe du monde et s’exposerait à des sanctions. Aucune équipe n’a jamais boycotté un match de Coupe du monde depuis la première édition de la compétition, en 1930.

La menace de boycott de la part des joueurs est apparue comme une surprise dimanche. Lors d’une conférence de presse samedi, ils avaient en effet indiqué que, même si le conflit n’était pas réglé, ils souhaitaient se concentrer sur les matches.

Après la Suisse lundi, le Togo affrontera la France dans le groupe G, vendredi à Cologne.

AP