27/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Monsieur Faure Gnassingbé : DEMISSIONNEZ sans condition, c’est votre seule issue !

LETTRE OUVERTE A MR FAURE GNASSINGBE : DEMISSIONNEZ SANS CONDITION, C’EST VOTRE SEULE ISSUE !

La mascarade que constitue votre nomination en lieu et place de votre père vous déshonore et renvoie aux yeux du monde une image détestable de l’Afrique toute entière. Le temps des coups de force est révolu, vous devriez le savoir. Vous avez encore une chance de faire amende honorable et de rentrer, peut-être, dans l’histoire du Togo, non pas comme un dictateur mais comme celui qui a eu l’intelligence ou la sagesse d’entendre la voix du peuple togolais. Vous devriez démissionner sans tarder, il est encore temps. Ecoutez la voix de la raison et non celles de vos alliés qui vous manipulent et vous poussent à aller contre la volonté populaire. Le temps des dirigeants Africains de l’acabit de votre père est complètement révolu. Si vous persistez dans votre entêtement, vous pourriez finir mal à l’instar d’autres fils de dictateurs.

Que vous le vouliez ou non, votre nomination a un côté sordide et sent une fin de règne. A peine la nouvelle de la mort de votre père annoncée, que vous vous êtes laissé vous entraîner dans une mascarade de la pire espèce en vous faisant désigner comme le remplaçant de celui qui vient de disparaître et dont le corps vient à peine de refroidir. Avez-vous eu le courage de revoir votre piteuse image dans laquelle les officiers supérieurs de l’armée ethnique bâtie par votre père vous faisaient allégeance ? Sur cette image, vous ressembliez à un patin, une chose mécanique sans cerveau ni cœur qui accomplissait des gestes dont il ne comprenait pas le sens. Avez-vous pris conscience de la position dans laquelle vous vous trouvez aujourd’hui. Pour nous, votre père est un dictateur de la pire espèce.

Une manifestation pacifique d’hommes et de femmes non armés s’est transformée le samedi dernier en drame comme du temps de votre père. On déplore trois morts voire plus et plusieurs blessés graves. C’est en votre nom que la manifestation a été sauvagement réprimée comme dans les temps les plus obscurs de notre histoire. Avant même d’étreindre les rênes du pouvoir, vous avez du sang d’innocentes victimes sur les mains. C’est un lourd fardeau à porter. Pensez-vous que votre maintien au pouvoir vaut la mort de citoyens innocents ? Croyez-vous que ces meurtres resteront indéfiniment impunis ? Il paraît que vous avez esprit ouvert si tel était le cas, vous devriez vous rendre compte que vous êtes en train de vous enfoncer dans une épaisse bêtise. Vous êtes dans une voie sans issue. Arrêtez votre manège, il ne vous conduira nulle part. Faites agir votre tête et non votre ambition qui paraît démesurée et dangereuse. Ecoutez le chant de la raison et non celui de la passion ou de la haine. Quittez le bunker dans lequel vous enferment les fanatiques suppôts de votre père et les officiers supérieurs qui ne voient que leurs propres intérêts dans votre désignation à la place du défunt. Il est encore temps de changer et de rentrer dans l’histoire de notre pays par une porte éclairée.

Bientôt, vous allez vous retrouver dans une cage sans aucune porte de sortie. Le peuple togolais, la communauté internationale ne veulent pas du système auquel vous semblez vous accrocher et qui n’a plus lieu d’être dans le monde moderne. Les amis de votre père, ceux qui vous poussent, sans doute aujourd’hui et qui restent cachés dans l’ombre vous lâcheront lorsque la pression deviendra trop forte. Vous serez alors seule devant l’histoire et le monde entier. Vous payerez alors le prix fort pour votre entêtement insensé d’aujourd’hui. Regardez un peu autour de vous et dites nous qui vous soutient dans votre logique. Tout le monde est contre votre imposture. Vous apparaissez comme un usurpateur, un imposteur aux yeux du monde entier. Le Togo n’est pas un royaume et n’appartient pas à une dynastie. Il ne vous appartient pas plus qu’à nous. Rendez-vous à l’évidence et démissionnez avant qu’il ne soit réellement trop tard. Le système mis en place par votre père n’a aucune chance de perdurer. Saisissez l’occasion qui vous est offerte à la fois par l’opposition et la communauté internationale pour sauver votre honneur et rendre justice au Togo. Vous pouvez encore le faire. Faites le pour l’amour de notre pays. Si toutefois vous avez l’ambition de diriger un jour le Togo, alors inscrivez dans la voie démocratique qui passe par les élections libres et démocratiques.

Par Eyidi Clara et Agou Wood
agou_eyidi@hotmail.com
Paris le 14 février 2005