02/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Parti des travailleurs: Appel à manifester 13/02 à Paris

Parti des travailleurs
Fédération Europe
Section de Paris

POUR LA PRESERVATION DE LA NATION, NON AU COUP D’ETAT MILITAIRE ! FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR ! ELECTIONS LIBRES ET DEMOCRATIQUES !

Le coup d’Etat militaire qui a placé Faure Gnassingbé , fils du défunt dictateur Eyadéma Gnassingbé, à la tête du Togo le 5 février dernier, fait planer sur notre pays le spectre d’une guerre civile et d’une dislocation.

Le scénario est connu d’avance. C’est le même qui a entraîné les guerres de dislocation au Libéria, au Burundi, au Rwanda, en RDC, en Côte d’Ivoire, etc. Le peuple togolais ne veut pas de ce scénario qui ne profite qu’aux pilleurs des peuples africains. C’est pourquoi tous les moyens doivent être mis en oeuvre pour mettre un terme à ce coup d’Etat.

Pour la préservation de la paix, pour la préservation de la nation, pour de l’unité du peuple togolais du nord au sud et de l’est à l’ouest, pour qu’enfin les richesses de la nation reviennent à la nation,

Manifestation à Paris dimanche 13 février 2005 à 14H De République à Bastille

———————————————————

Parti des travailleurs Fédération Europe

Déclaration

POUR LA PRESERVATION DE LA NATION, NON AU COUP D’ETAT MILITAIRE ! FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR ! ELECTIONS LIBRES ET DEMOCRATIQUES !

Le coup d’Etat militaire qui a placé Faure Gnassingbé , fils du défunt dictateur Eyadéma Gnassingbé, à la tête du Togo le 5 février dernier, fait planer sur notre pays le spectre d’une guerre civile et d’une dislocation. En effet, les conditions qui ont fait basculer nombre de pays africains dans la guerre de dislocation étaient réunies depuis longtemps au Togo : régime dictatorial depuis 42 ans, application d’une politique de misère notamment sous la dictée du FMI et la Banque mondiale, non paiement des salaires des fonctionnaires, destruction des services publics, laissant ainsi les populations dans le dénuement, transformation des richesses de la nation en patrimoine privé d’un petit groupe de gens à la tête de l’Etat, etc. Mais si le Togo n’a pas sombré dans la guerre jusqu’à présent, c’est certes dû au fait que les puissances étrangères, qui sont généralement les instigatrices de ce type de conflit, n’y trouvaient pas encore leur intérêt, mais c’est aussi parce que le peuple togolais voulait un changement démocratique dans la paix. Mais systématiquement, particulièrment depuis le soulèvement d’octobre 1990, sous la férule d’Eyadema et de son armée quasi-familiale, toutes les voies qui lui auraient permis d’exercer ainsi sa souveraineté lui ont été fermées, souvent dans le sang. Le décès du dictateur allait être une occasion pour le peuple togolais de réaliser dans la paix ce changement démocratique tant espéré. Voilà que son fils et l’armée prétendent fermer cette possibilité aussi !

Mais qu’on ne s’y méprenne pas ! Après 42 années d’une dictature implaccable, fortement soutenue par l’ancienne puissance coloniale (les différents gouvernements français), au nom de ses intérêts, au mépris des immenses souffrances des populations quotidiennement martyrisées et régulièrement endeuillées, il y a à craindre que le peuple togolais s’oppose par tous les moyens et n’accepte jamais l’instauration de cette « dynastie » anachronique. C’est dire que Faure Gnassingbé et les chefs de cette armée quasi-familiale prennent le risque de conduire le Togo au chaos. C’est en ce sens que

le coup d’Etat de Faure Gnassingbé fait courir le plus grand danger au peuple togolais

Le scénario est connu d’avance. C’est le même qui a entraîné les guerres de dislocation au Libéria, au Burundi, au Rwanda, en RDC, en Côte d’Ivoire, etc. Le peuple togolais ne veut pas de ce scénario qui ne profite qu’aux pilleurs des peuples africains. C’est pourquoi tous les moyens doivent être mis en oeuvre pour mettre un terme à ce coup d’Etat.

Pour la préservation de la paix, pour la préservation de la nation, pour l’unité du peuple togolais du nord au sud et de l’est à l’ouest, pour qu’enfin les richesses de la nation reviennent à la nation,

A BAS LE COUP D’ETAT ! FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR !
ELECTIONS LIBRES ET DEMOCRATIQUES !

Fait le 10/02/2005
L. Zoumaro
Le secrétaire