02/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Thom Sank est Mort, Vive le Capitaine du Peuple

Thomas Sankara est mort comme il avait vécu, en combattant. Il se dévoua de tout son être aux causes qu’il avait étroitement embrassées, que ce fut la défense de sa Patrie, la recherche de la justice, la lutte contre le néo-colonialisme, ou la construction d’une Afrique aux Africains.

Aucune situation ne pouvait le détourner de son idéal d’Homme Intègre, ni l’empêcher de proclamer ce qu’il croyait dans la sincérité de sa conscience. La mort l’a frappé en pleine maturité, en pleine période d’activité créatrice, tout comme beaucoup d’autres Panafricanistes fauchés par les ennemis d’une Afrique libre, unie et prospère. Aussi pouvons-nous donc rêver si tristement aux oeuvres à naître dont sa fin prématurée nous prive à jamais.

Pourtant cette mort n’est pas seulement une des nombreuses tragédies en Afrique; elle vient au contraire couronner le destin d’un homme comme un accomplissement. Aujourd’hui toute une jeunesse s’identifie à son combat et à son orientation politique. L’on peut donc dire avec conviction que la mort de Thomas Sankara, quoiqu’ayant amené un fourbe au pouvoir, est vraiment un échec. On croyait éteindre en Thomas Sankara le sursaut panafricaniste de tout un continent. La mort du Capitaine Peuple fut donc le signal de départ de la révolte de la jeunesse Panafricaine qui se reconnaissait en ce héros dont le courage et l’action suscitaient l’espoir de lendemain meilleurs. Il disait avec raison que « le bonheur ce n’est pas celui que l’on voit chez les autres. Mais celui que l’on veut se définir. »

Il comprit très tôt le risque de sa témérité, longtemps pressenti et accepta son sort. Il était déjà prêt au sacrifice suprême dont il mesurait et le poids et le prix. A cet effet, il déclarait: « Il n’est pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour ceux q’on aime. »

Sa vie, sa mort et son oeuvre sont donc inséparables. Elles prennent leur sens l’un par rapport à l’autre et constituaient les aspects complémentaires d’un seul et même homme.

Presqu’ignoré de son vivant ou méconnu, et parfois détesté car il était ferme et terrible dans sa recherche d’un bonheur original pour l’Afrique, « La Grande Patrie des Hommes Intègres, » Thomas Sankara était devenu trop gênant à la fois pour beaucoup de milieux en Afrique et outre-méditérrannéen. Ils ne pouvaient acheter ni son silence ni sa participation aux bradages des intérêts africains. La décision fut donc prise « au haut niveau des réseaux » de s’en débarrasser.

Véritable mythe vivant, accessible et populaire, autant qu’inspiré, à la fois simple et intègre, quinze ans après son assassinat dans un violent coup d’Etat, l’ombre de Thomas Sankara donne des nuits noires au pouvoir en place. Les avocats de la famille Sankara ont engagé plusieurs requêtes devant les tribunaux du Faso pour assassinat et faux en écriture publique.