28/05/2024

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: 105e anniversaire de Sylvanus OLYMPIO

PARTI DES TRAVAILLEURS

6 septembre 1902 – 6 septembre 2007

A l’occasion du 105e anniversaire de la naissance de Sylvanus Epiphanio Kwami OLYMPIO : Restons unis pour combattre l’impunité au Togo !

Le Parti des travailleurs tient à saisir l’occasion solennelle que lui offre la commémoration du 105e anniversaire de la naissance de Sylvanus Epiphanio Kwami OLYMPIO pour rendre hommage à sa mémoire et appeler tous ceux qui se réclament du combat pour la démocratie et le respect des droits de l’Homme à se mobiliser pour que cesse à jamais l’impunité qui couvre son assassinat ainsi que celui de tous les martyrs du Togo.

Il y a 105 ans, le 6 septembre 1902, Sylvanus Epiphanio Kwami OLYMPIO naissait à Kpando, dans l’actuel Ghana.

Après ses études primaires à Lomé et ses études universitaires en Angleterre, en France et en Autriche, il entreprit, à partir de 1927, une carrière de cadre supérieur de la multinationale Unilever d’abord à Londres, puis au Nigeria, au Ghana et finalement au Togo où il fut muté en 1932 pour diriger la United Africa Company (UAC), filiale du groupe Unilever, en qualité d’agent général.

De retour au pays, Sylvanus OLYMPIO, outre ses responsabilités de dirigeant de société pour lesquelles il sera élu comme Président de la Chambre de commerce du Togo, y dirigera surtout la lutte pour la conquête de l’indépendance nationale qu’il conduira à d’importantes victoires.

Une tradition d’impunité depuis l’assassinat d’OLYMPIO

Il importe en effet de rappeler que c’est sous l’impulsion de Sylvanus OLYMPIO, que le Comité de l’Unité togolaise (CUT) qui, constitué à l’origine en 1941 comme une amicale entre autochtones et colons français, fut transformé en véritable parti politique nationaliste, le 27 avril 1946, pour ensuite gagner les premières élections organisées par le pouvoir colonial français au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour associer les Africains à ses institutions. Le 10 novembre 1946, Martin AKU, candidat du CUT, fut le premier député à être élu pour représenter le Togo à l’Assemblée nationale française et, les 8 et 16 décembre 1946, le CUT remporta une majorité écrasante de sièges lors des élections à l’Assemblée représentative du Togo (ART) dont Sylvanus OLYMPIO devint le président.

Ce fut encore sous la direction de Sylvanus OLYMPIO que, malgré les fraudes et tracasseries du pouvoir colonial français qui mit tout en œuvre pour barrer la route au combat des nationalistes togolais, le CUT mobilisa le peuple togolais pour arracher la victoire de l’indépendance nationale « Ablodé ! » aux élections législatives du 27 avril 1958 organisées sous la supervision d’une mission de l’ONU.

Mais, cette victoire, qui a ouvert la voie à la proclamation de l’accession du
Togo à la souveraineté internationale, le 27 avril 1960, fut brisée au petit matin du 13 janvier 1963 lorsque Sylvanus E. K. OLYMPIO, premier président démocratiquement élu du Togo aux élections du 9 avril 1961, était lâchement assassiné par Etienne GNASSINGBE Eyadéma parce qu’il s’apprêtait à faire franchir à notre pays l’étape décisive de l’indépendance économique à travers la création d’une monnaie nationale.

Fomenté par l’Etat français dont les réseaux du tristement célèbre Jacques FOCCART, le secrétaire d’Etat aux Affaires africaines et malgaches du gouvernement dirigé par Charles de Gaulle, manipulèrent les demi-soldes démobilisées des guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie, le crime odieux commis lors de ce premier coup d’Etat sanglant de l’Afrique indépendante est resté impuni depuis cette époque.

Une tradition d’impunité fut ainsi inaugurée depuis lors, l’assassinat politique n’ayant cessé d’être érigé en méthode de gouvernement dans les pays d’Afrique. C’est ainsi que les 38 ans de règne d’Etienne GNASSINGBE Eyadéma qui, avec le soutien de l’impérialisme français, a été porté au pouvoir le 14 avril 1967, auront été marqués par des milliers d’assassinats que son fils, Faure Essozimna GNASSINGBE, aggrava en prenant le pouvoir à sa mort, dans un terrible bain de sang qui fit plus de 1 000 morts, selon la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH), plus de 500 selon la Mission de vérification des faits de l’ONU.

Au total, c’est près d’une dizaine de milliers de morts que les 40 ans de règne du clan des GNASSINGBE père et fils auront occasionnés au Togo en toute impunité jusqu’alors.

Mettre fin à l’impunité !

C’est parce qu’il combat pour que soit mis fin à l’impunité que le Parti des travailleurs a pris l’initiative d’élaborer un « Livre noir contre l’impunité au Togo » qui recense tous les crimes commis depuis l’assassinat de Sylvanus OLYMPIO afin que tous leurs auteurs et commanditaires soit recherchés, arrêtés et déférés devant les tribunaux pour y être jugés.

Le Parti des travailleurs propose à tous les démocrates, à toutes les organisations véritablement indépendantes : partis, syndicats, associations attachés au combat pour le respect des droits de l’Homme, de constituer un « Mouvement contre l’impunité au Togo » autour de ce document qui doit s’élargir en recensant systématiquement tous les cas d’exécutions extrajudiciaires commis au Togo.

Au moment où la tenue des élections législatives vient d’être annoncée pour le 14 octobre prochain, le Parti des travailleurs constate que s’est créée au sein du peuple togolais, une situation de division à propos de ces élections qui verra certains citoyens aller voter alors que d’autres envisagent de s’abstenir en raison de la violence assassine qui se déchaîne généralement à l’occasion des consultations électorales et de l’impunité qui continue de couvrir les crimes odieux commis sous le règne du clan des GNASSINGBE, tout particulièrement ceux de l’année 2005.

Travailleurs, paysans, jeunes togolais : Restons unis !

Travailleurs, paysans, jeunes togolais : quelle que soit votre position au sujet des législatives du 14 octobre 2007, le Parti des travailleurs vous appelle à ne pas vous diviser.

Tous ensemble, restons unis pour exiger la fin de l’impunité au Togo !
Restons unis pour barrer la route au pouvoir RPT et tourner la page de la domination du clan des GNASSINGBE qui a occasionné pour le peuple togolais près d’une dizaine de milliers de morts, d’incroyables souffrances avec leur lot de misère, de famine, de chômage, de ruine, de gabegie, de corruption, de pillage et de bradage de nos richesses ainsi que de notre patrimoine national !
Au moment où se prépare une rentrée scolaire des plus catastrophiques de toute l’histoire de notre pays, restons unis pour exiger que soit arrêtée la politique dictée par les institutions financières internationales comme le FMI et la Banque mondiale pour détruire l’enseignement au Togo à travers sa privatisation. En organisant ainsi la sélection sociale qui fait régner dans notre pays l’inégalité de la jeune génération devant l’instruction, c’est tout l’avenir et l’espoir de la nation togolaise qu’on détruit !

Restons unis pour exiger que soient alloués les crédits nécessaires au bon fonctionnement des établissements scolaires et garanties des conditions de vie et de travail décentes pour les enseignants !

Alors que les salaires des travailleurs et les pensions des retraités continuent à accuser de nombreux mois d’arriérés de paiement et que, de jour en jour, le gouvernement d’union nationale fait la preuve de son incapacité à assurer le bien-être du peuple togolais, restons unis pour exiger l’amélioration des conditions de vie des travailleurs des villes et des campagnes pour qu’ils puissent enfin avoir les moyens de sortir de la misère et de leur extrême précarité pour pouvoir élever leurs enfants dans la dignité !

Lomé, le 5 septembre 2007
Pour le Parti des travailleurs
Le Secrétaire chargé de la coordination

Claude AMEGANVI