03/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo-Arrestation d’Agbéyomé Kodjo: L’ « oligarchie des incapables » se trouve un bouc émissaire !!!

L’incendie non-élucidé de plusieurs centres commerciaux dans le pays ces derniers temps est l’argument-massue brandi par le pouvoir pour décapiter la contestation politique. L’ancien premier ministre se savait dans le viseur des autorités togolaises, mais la thèse de son implication dans des incendies n’aurait pas germé dans l’esprit du scénariste le plus tordu…Le mensonge total comme arme de dissuasion politique.

Par Franck Essénam EKON

Nom : Néron ; nationalité : togolaise ; signe particulier : spécialisé en montages politiques variés visant à mater les adversaires sans s’encombrer du respect des principes les plus élémentaires de la légalité. Les émules de l’empereur romain ont investi les arcanes de l’administration togolaise et Agbéyomé Kodjo est le premier nom inscrit sur un tableau de chasse fatalement appelé à s’alourdir. Au conspirationnisme légendaire d’un pouvoir inapte à gérer le marasme quotidien d’une population aux abois, vient s’ajouter désormais une loi non-écrite de l’embastillement fondée sur l’unique preuve du soupçon fantaisiste. Au petit jeu du pronostic entre journalistes, le nom de l’ancien premier ministre revenait d’ailleurs avec insistance comme candidat crédible en ligne de mire des « complotistes » du régime. Ces derniers jours, c’est avec une rage à peine contenue que le président de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) attirait l’attention sur une espèce de fatwa décrétée contre lui dans les officines de la manipulation d’Etat : « je crois que nous sommes dans une théorie de complot…et je pense que c’est une mauvaise plaisanterie au moment où le pays se trouve dans une confusion politique, économique et sociale et où la détresse est l’invité d’honneur de tous les foyers, que le pouvoir a autre chose à faire que de divertir les populations ! », s’emportait-il le 24 décembre dernier, à propos de rumeurs l’impliquant (déjà !) dans une ténébreuse affaire d’achats d’armes destinées à renverser le pouvoir…

Théorie de complot et manigances d’alcôve

Au laboratoire du mensonge institutionnalisé, un petit ajustement s’est visiblement imposé : des bidons d’hydrocarbures prendront la place des armes de destruction massive, mais l’objectif reste le même : faire de l’ancien premier ministre et président de l’Assemblée nationale, le cerveau d’une opération de déstabilisation du pouvoir. L’occasion est toute trouvée avec la multiplication, ces derniers temps de foyers d’incendie qui ont ravagé d’importants centres commerciaux dans le pays, notamment à Lomé et à Kara. De l’avis général, la piste criminelle tient la corde et des investigations sérieuses s’imposent. C’est le moment que choisit l’appareil sécuritaire pour prendre d’assaut le domicile d’Agbéyomé Kodjo et, au terme d’une interpellation aux allures de kidnapping, le présenter quasiment comme le planificateur des incendies. Le timing est digne d’une horlogerie suisse, car en amont, les députés (ou ce qui en tient lieu), sont rameutés en catastrophe pour lever l’immunité parlementaire de Kodjo toute honte bue et en toute illégalité. Ce dernier connait dès lors le déroulé du reste du scénario, car ce n’est pas la première fois qu’il y est soumis : garde à vue musclée, ponctuée d’humiliations de tous genre, refus de l’assistance de ses conseils et interdictions de visite de ses proches. La machine judiciaire, de son côté, se tient prête dans l’éventualité d’une procédure lors de laquelle une armada de faux témoins, d’hommes de mains miraculeux et d’exécutants sortis de nulle part viendra jouer leur partition.

Après Agbéyomé, à qui le tour ?

Alors qu’un responsable politique est embarqué par la soldatesque, les vraies questions n’échappent pas aux togolais : quid des normes de sécurité de ces édifices vétustes que les autorités publiques laissent en l’Etat ? Alors que de nombreux témoins estiment que les foyers d’incendie auraient pu être maitrisés, que penser de cette fameuse unité de sapeurs pompiers invisible pendant des heures et démunie de son propre aveu du matériel de base de prise en charge de tels événements ? « Un peu comme si on s’était arrangé pour être incompétent, inactif et impuissant au mauvais endroit, et au mauvais moment », suggère Théophile qui a assisté au carnaval des « spécialistes du feu » au Grand-marché de Lomé.

Troublante coïncidence, l’incurie de l’Etat, ses mauvaises orientations, la gabegie et la corruption ambiante sont au cœur du vocabulaire contestataire de l’ancien premier ministre. Les commerçants et usagers de ces centres commerciaux ne s’y trompent d’ailleurs pas et leurs regards se tournent vers les principaux interlocuteurs dans cette tragédie : les autorités qui doivent prendre leurs responsabilités au lieu de resservir à une opinion blasée, la théorie réchauffée d’un complot déstabilisateur ourdi par un opposant…Perspective inquiétante, la mise sous éteignoir d’Agbéyomé Kodjo ne serait que le prélude d’une véritable stratégie de terrorisation des états-majors de l’opposition en ces temps de mobilisation effrénée. A preuve, des arrestations qui se multiplient, des menaces à peine nuancées adressées aux têtes d’affiche de l’opposition, et surtout la publication au même moment d’un calendrier électoral pour en rajouter à la confusion…

Un leader politique en prison ou terrorisé est un de moins sur le marché des postulants. La recette a déjà fait ses preuves par le passé, et au Togo, les habitudes ont la vie dure !

La rédaction letogolais.com

LIRE EGALEMENT:
[Togo : Agbéyomé Kodjo victime d’une vendetta politico-familiale->http://www.letogolais.com/article.html?nid=1912]