28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : Des jeunes manifestants en prison pour « trouble à l’ordre public »

Le pouvoir RPT-AGO a du mal à étouffer les mouvements sociaux qui révèlent son incapacité à gouverner le Togo. Ce jeudi 24 juin 2010, des dizaines de jeunes manifestants sont emprisonnés pour troubles à l’ordre public. Dos au mur, les caciques du RPT et les Amis de Gilchrist Olympio (AGO) usent de l’arbitraire pour faire taire la colère de la population.

Dans cette période de disette, ce sont les maigres économies des Togolais qui sont ciblées ; la hausse des prix des produits pétroliers est purement et simplement un racket pour renflouer les nantis du pouvoir. Pendant trois jours, alors que la population souffre des dégâts causés par les pluies diluviennes qui ont saccagé Lomé, les autorités n’ont pas hésité à quadriller la ville, réprimer les manifestations et arrêter des jeunes. Le gouvernement RPT-AGO a mis une trentaine de jeunes en prison en les accusant d’être des agitateurs et des fauteurs de trouble.

Détenus au Service de Renseignement Intérieur (SRI), ils ont ensuite été déférés au Tribunal de Lomé pour comparution immédiate. Pourtant, la Constitution togolaise garantit le droit de manifester à tout togolais. Les défenseurs des droits de l’homme ne sont pas restés impassibles, un collectif d’avocats dont Zeus Ajavon du CACIT et Kpande Adjare de la LTDH, s’est constitué pour défendre les accusés.

Cette hausse de prix semble être un guet-apens, une pure provocation. Initialement, les manifestations des Togolais ne sont qu’une contestation de la hausse des prix du carburant mais elles ont vite tourné à un affrontement entre civils et militaires dans les rues de Lomé. Les forces armées ont usé de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants puis n’ont pas hésité à tirer à balles réelles sur la foule faisant plusieurs morts et d’innombrables blessés. Elles ont déployé leurs voitures 4×4 bondées d’hommes encagoulés fortement armés dans toutes les artères de Lomé. Les barricades érigées ça et là n’ont pas résisté à leur pression.

Le silence de Gilchrist Olympio est révélateur de la nouvelle donne politique au Togo. Pour l’instant le calme est précaire à Lomé, les hommes politiques sont restés muets mais les jeunes semblent décidés à en découdre avec le pouvoir irresponsable et illégitime de la coalition Faure Gnassingbé et Gilchrist Olympio.

La rédaction letogolais.com