28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : fin des discussions sur le code électoral

LOME, 14 mars (Xinhua) — Les membres du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC) ont clôturé vendredi les discussions sur le code électoral, les conclusions devant être transmises au chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, a rapporté samedi l’Agence Savoir News citant une source officielle.

Plusieurs points d’accords et de désaccords ont été enregistrés durant les débats qui ont duré plusieurs jours dans une  » atmosphère de convivialité », a indiqué Pascal Bodjona, le président du CPDC et représentant du chef de l’Etat.

Les plus importants points de désaccord concernent notamment le nombre et la répartition de membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), chargée d’organiser et de superviser l’élection présidentielle de 2010.

La composition des Commissions électorales locales indépendantes (CELI) et des Comités des Listes et Cartes (CLC), ainsi que les conditions d’organisation notamment le vote par dérogation, procuration et anticipation font également partie des points de désaccord.

S’agissant des points d’accord, les membres du CPDC se sont entendus notamment sur l’organisation des élections par la CENI, la désignation de la composante politique par les partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, ainsi que la représentation de la société civile par deux membres désignés par l’Assemblée nationale.

Les membres du Cadre ont également confié au ministère chargé de l’Administration territoriale, l’établissement de la liste des notables et chefs traditionnels, après avoir réaffirmé l’autonomie et l’indépendance de la CENI.

Ils ont également décidé de maintenir en place les membres de l’ancienne CENI, jusqu’à la mise en place de la nouvelle structure.

Le CPDC regroupe, depuis son installation, des représentants du Rassemblement du peuple Togolais (RPT, le parti au pouvoir), du gouvernement, de l’Union des Forces de Changement (UFC, opposition) et du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR, opposition). Mais cette structure sera bientôt élargie, suite à un projet de décret publié mercredi dernier, conformément à l’une des recommandations du Comité de suivi de l’Accord Politique Global (APG).