25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo/Incendies : Maîtres Bourdon et Beauthier défendent Jean-Pierre Fabre

Maîtres William BOURDON avocat au Barreau de Paris et Georges-Henri BEAUTHIER avocat au Barreau de Bruxelles assurent la défense de Jean-Pierre FABRE dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara.

A la conférence de presse du 25 Juin 2014 à Lomé, maître William BOURDON affirme : « après étude du dossier d’inculpation de notre client, nous avons été accablés par le vide abyssal, le vide sidéral du dossier et par toute l’énergie déployée pour inculper Monsieur Jean-Pierre FABRE et tous les autres. Il n’existe aucun élément le reliant aux incendies. Alors notre tâche consiste à le défendre techniquement. Et par défense technique, nous allons démonter qu’il y a absence de charges contre Jean-Pierre FABRE. Nous démontrerons aussi de manière transparente et absolue que ce dossier contre Jean-Pierre FABRE et ses amis ne repose que sur une construction imaginaire, que sur des ‘’on-dit’’, sans élément matériel, sans élément factuel. Et que tout le dossier, toutes les déclarations de l’ensemble des inculpés ne sont qu’un seul et unique inlassable cri d’innocence. Je peux vous affirmer que ce dossier est suivi avec attention comme du lait sur le feu par plusieurs observateurs internationaux. Et nous sommes prêts à débattre publiquement pour que l’opinion nationale et internationale connaisse la vérité. Très rapidement nous allons déposer un mémoire sur les bureaux du juge d’instruction et du procureur pour demander un non-lieu».

« Rassurez-vous, nous travaillons pour toutes les personnes qui ont été inculpées dans cette affaire. Notre engagement dans ce dossier résulte de notre attachement à l’Afrique, à ceux qui incarnent la démocratie. C’est aussi une solidarité de travailler aux côtés de nos confrères togolais à qui nous apportons un appui technique. »

Maître William BOURDON est à l’origine des plaintes déposées contre les Présidents Omar Bongo, Denis Sassou-Nguesso et Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, dans l’affaire des patrimoines immobiliers et mobiliers en France des chefs d’Etat africains.