01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : Kpatcha Gnassingbé s’offre 3 Rolls-Royce

Dans sa dernière livraison (n° 519 du 19 avril 2007), La Lettre du Continent annonce qu’ « un bras de fer décisif est engagé à Lomé entre « Faure » et « Kpatcha » Gnassingbé, les deux « frères ennemis » du pouvoir togolais. Alerte rouge…

Entre le président Faure Gnassingbé, qui fêtera le 25 avril ses deux ans de pouvoir, et son demi-frère « Kpatcha », le tout-puissant ministre de la défense, surnommé le « co-président », une lutte d’influence décisive est engagée. Les deux frères qui se parlent à peine vivent chacun dans leur propre bunker, encadrés de nombreux gardes du corps.

« Faure », qui cherche à s’autonomiser des caciques, s’est entouré de quelques fidèles, tels que le ministre de la coopération, Gilbert Bawara, et le colonel Pitalouna-Ani Laokpessi, ancien ministre et coordonnateur des services secrets au palais. Il s’emploie à marginaliser les anciens affidés de son père, souvent proches de « Kpatcha ».

La déclaration de guerre s’est déroulée à la direction générale des impôts contrôlée par une intime du président : Ingrid Awadé-Nanan. Cette dernière a adressé un redressement fiscal de 9 milliards F CFA à l’homme d’affaires libanais Bassem El Najjar – un très proche de Kpatcha – qui « taxe » 15 000 F CFA sur le port de Lomé sur les véhicules importés. Hurlement ! Soutien dans cette affaire du ministre des finances Boukpessi Payadowa à Kpatcha. Boukpessi saute… Faure nomme à sa place Adji Othèth Ayassor. Deuxième missile présidentiel : l’établissement Ramco, propriété d’un Indo-Pakistanais protégé de Kpatcha, a été fermé et pourrait être supplanté par le groupe Champion. La plupart des commerçants et industriels installés dans la zone franche du port de Lomé, présidée par « Kpatcha », sont également menacés.

A l’exception notable de l’IFG-Togo (société d’exploitation des phosphates) dirigée par Charles Takou, un proche du chef de l’Etat, Kpatcha contrôle tous les autres secteurs lucratifs de l’économie togolaise, en particulier le coton (Sotoco), les Moulins du Togo par son frère jumeau « Toyi » et l’or de la région de Bassar (Nord). Immensément riche, l’homme vient d’ailleurs de s’offrir trois Phantom Rolls-Royce à 300 000 € la belle pièce. Quand on aime… Mais surtout, Kpatcha chouchoute les officiers supérieurs (kabyés), éléments déterminants dans la conquête du pouvoir. Le ministre a la confiance de la plupart d’entre eux, nostalgiques des méthodes autoritaires de « Papa Eyadema », tels que son demi-frère Rock Gnassingbé, patron des blindés, le chef d’état-major de l’armée de terre Berena Gnakoudé ou certains généraux à la retraite comme Assani Tidjani, mentor de la plupart d’entre eux et ancien instructeur des rebelles ivoiriens… Des tracts anonymes circulent aujourd’hui dans les casernes militaires de Lomé, qualifiant le jeune président « d’erreur de casting, d’incompétence, de cascade de décisions improvisées… » « Avec son père au moins, on savait à quoi s’en tenir et à qui s’adresser! », regrettent-ils.

La rédaction letogolais.com