01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : la classe politique en quête d’accord pour la présidentielle

XINHUA-09-02-2010- La classe politique togolaise en quête d’accord pour la tenue de l’élection présidentielle du 28 février 2010 a eu, mardi une séance de travail avec le président burkinabé Blaise Compaoré, médiateur du dossier togolais depuis 2006, en vue de trouver une solution aux problèmes sur la révision des listes électorales.

A l’issue de la séance de travail, les participants ont indiqué à la presse que les échanges ont porté sur la révision des listes électorales, la traçabilité et l’authentification des bulletins de vote.

Au terme de plus de quatre heures d’échanges, les participants n’ont pu accorder leurs violons. Des divergences sur la conception définitive du fichier électoral continuent d’être le point d’achoppement des discussions entre le clan présidentiel et celui de l’opposition.

Le chef de la délégation de l’Union des forces de changement (UFC, parti d’opposition), Me Georges Lawson a révélé qu’il n’y a pas eu « suffisamment d’ouverture du côté du pouvoir pour que les élections soient réellement transparentes, crédibles et acceptables par tous ».

« Nous partons avec l’espoir que ces problèmes seront réglés et que les délais constitutionnels qui sont invoqués ne doivent pas empêcher des élections libres et transparentes », a-t-il affirmé.

Me Lawson a préconisé un report de l’élection présidentielle prévue pour le 28 février prochain afin de corriger les imperfections liées à l’organisation.

Pour Me Georges L.Lawson de l’UFC, la révision électorale s’est très mal passée, car certaines régions ont connu un déficit d’électeurs, tandis que d’autres, une augmentation anormale d’électeurs alors que la progression normale de la population est de 2,4%/an.

Dans le même ordre d’idées, le Comité d’action pour le renouveau (CAR) de Paul D. Apevon pour sa part, a souhaité que l’opération de révision des listes électorales soit totalement reprise.

Outre la révision des listes électorales, M. Apevon a indiqué le problème des bulletins de vote, à savoir comment les bulletins doivent être confectionnés pour éviter les fraudes.

Malgré les difficultés soulevées par l’opposition, la réclamation pourrait se poursuivre jusqu’à la tenue du scrutin qui d’ailleurs est maintenu selon une source proche du Rassemblement du peuple togolais (RPT).

La Commission électorale indépendante (CENI) s’est dite, quant à elle, être prête, car la révision est terminée et les listes sont en train d’être éditée, l’affichage est prévue pour les prochains jours.

La médiation du président Compaoré va être à nouveau sollicitée pour aplanir les divergences portant, entre autres, sur le vote par anticipation.