01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: Le décès de Atsutsé Agbobli intrigue la classe politique

PANA-17/08/08 – Le décès quelque peu curieux de Atsutsé Agbobli, historien, politologue et journaliste, ancien ministre de la Communication et de la Culture, survenu à Lomé dans la nuit de jeudi à vendredi et dans des circonstances bizarres, a semé l’effroi au sein de la population togolaise qui l’a plutôt connu à travers ses diatribes contre la mal-gouvernance, aussi bien dans les médias nationaux qu’internationaux.

Tandis que sa famille réclame une autopsie, la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) sollicite, en plus, une enquête, pour « élucider la mort de cet illustre homme », a appris la PANA de sources officielles ce dimanche.

Ces demandes ont également reçu l’adhésion des responsables des partis politiques et de la société civile qui, tout en rendant hommage à l’illustre disparu à travers les médias, souhaitent un éclaircissement sur cette mort qui intrigue tous les Togolais.

Président du Mouvement pour le développement national (MODENA), une des nouvelles formations politiques très critiques vis-à-vis du pouvoir en place, Atsutse Agbobli, ne limite guère ses critiques à la seule scène politique togolaise, étendant ses interventions vers une Afrique dont il professe souvent l’indispensable intégration sous toutes les formes.

Ses dernières interventions sollicitaient du pouvoir public togolais de plus claires explications sur la dissolution la semaine dernière du Fonds d’entretien routier (FER), à la suite de la destruction par les eaux de pluie de neuf ponts sur le fleuve Zio, coupant ainsi le pays en deux portions reliées par l’unique détour des Plateaux.

Ces dernières critiques du défunt, adressées à la présidence de la République dont dépendait directement le FER, continuent d’alimenter les commentaires au sujet de cette mort que le public ne manque pas d’attribuer à la vindicte politique.

En effet, selon des sources hospitalières, Atsutsé Agbobli aurait été hospitalisé dans une clinique privée de la place, suite à une intoxication due à un overdose de pilules contre le diabète.

Quasiment rétabli, l’ancien ministre s’est fait conduire, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans un endroit désert, en bordure de mer, à la sortie de la ville, puis il renvoie le chauffeur. Ce dernier, seul témoin de la scène, rapportera plus tard qu’après avoir insisté pour l’accompagner, il alerta les parents du défunt, qui entreprennent des recherches dans la zone, sans pouvoir retrouver ses traces.

Son corps sera retrouvé au petit matin, le visage ensanglanté, sur la plage, entre l’hôtel Sarakawa et le port de Lomé.

Ancien journaliste de Jeune Afrique, Atsutsé Agbobli, 67 ans, publie à Lomé un journal « Afric’Hebdo », tandis que son parti, le MODENA, est perçu dans les milieux politiques comme un proche l’Union des Forces de Changement (UFC) de l’opposant historique, Gilchrist Olympio.