09/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: L’Union Interafricaine des Droits de l’Homme est préoccupée

L’Union Interafricaine des Droits de l’Homme (UIDH) est préoccupée de la situation des défenseurs des droits de l’homme au Togo. Nous gardons toujours en mémoire les graves violations des droits humains (assassinats, arrestations, lynchage, personnes déplacées, censures, menaces de mort, etc.) qui ont eu cours dans le pays lors des élections et qui continuent de défrayer la chronique.

Le 09 octobre, selon les informations reçues de l’Observatoire et la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), Mr Jean Baptiste Dzilan, alias Dimas Dzikodo, du journal « Forum de la semaine », un des militants les plus actifs de la LTDH et membre de l’Association Journalistes pour les Droits de l’Homme (JDHO) a été sauvagement agressé par des inconnus qui, après l’avoir roué de coups, ont aspergé son visage de gaz lacrymogène avant de tenter de lui faire ingurgiter une sorte de « pilule » acide qui lui a causé des brûlures au niveau des muqueuses buccales. Déjà en 2003, Mr Dzilan avait été arrêté dans un cybercafé et détenu au secret pendant quatre jours alors qu’il scannait des photos sur la répression consécutive aux élections du 1er juin 2003. Il avait lors de cette détention été victime de mauvais traitements.

L’UIDH ne peut rester indifférente face cet acte barbare, qui viole l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui stipule que « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen que ce soit » et de la Déclaration sur les défenseurs « l’Etat prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, discriminations de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la Déclaration ».

Ces agressions et harcèlements ne visent qu’un seul but, créer un état de psychose général pour faire taire définitivement les défenseurs des droits de l’homme.

L’UIDH interpelle les autorités togolaises et particulièrement le Chef de l’Etat togolais, son Excellence Faure Gnassingbe à :

– Garantir l’intégrité physique et psychologique de M. Jean-Baptiste Dzilan, ainsi que de tous les défenseurs des droits de l’Homme et journalistes togolais ;

– Mener une enquête indépendante et impartiale sur l’agression décrite ci-dessus, afin que ses auteurs soient dûment identifiés, jugés et sanctionnés conformément à la loi togolaise et aux dispositions internationales en matière de protection des droits de l’Homme ;

– Assurer la sécurité des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme qui constituent les cibles privilégiées ;

– Mettre fin à cette culture de la peur de la violence et de l’impunité en cours dans le pays.

Le Président de l’UIDH
Me Halidou OUEDRAOGO