27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo/Présidentielle: Des organisations de la société civile et syndicats publient un rapport pré-él

SAVOIR NEWS – Lomé 18/02/2010 – Une dizaine d’Organisations de la Société Civile (OSC) et centrales syndicales togolaises ont publié, lors d’une conférence de presse jeudi à Lomé, un rapport pré-électoral sur la situation politique du Togo, destiné aux candidats en lice pour le scrutin présidentiel du 4 mars prochain, a constaté l’Agence Savoir News.

Intitulé « Le Togo entre la crise et la relance », ce document présente les « avancées » et les « insuffisances », de l’application des 22 engagements signés par le gouvernement togolais à Bruxelles en avril 2004.

La LTDH, le CACIT, le GRAD, l’ATDH, le GF2D et l’UNSIT notamment, ont rédigé ce rapport, qui fait également le point sur la situation des droits de l’homme, ainsi que celle des droits économiques, sociaux et économiques.

« Ce rapport est un baromètre qui servira de contribution aux débats socio-politiques pour amener les divers candidats et acteurs de la vie sociopolitique aspirant �� la présidence de la république, à prendre conscience des défis qui les attendent en briguant ce poste et d’avoir sous les yeux les maux auxquels le pays est confronté, afin de se donner des moyens pour y faire face de manière responsable », a indiqué Me Zeus Ajavon, le président du Collectif des Associations contre l’Impunité au Togo (CACIT)

Au nombre des « avancées », le rapport relève entre autre, la mise en place d’une assemblée nationale « plurielle », la reforme de la Haute Autorité de l’Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) et de la Cour constitutionnelle.

Les « insuffisances » ont trait aux reformes institutionnelles et constitutionnelles, le mode de scrutin, la limitation du mandat présidentiel et le régime politique prévues par l’Accord Politique Global, « dont la mise en œuvre aurait pu contribuer considérablement à un scrutin plus démocratique, libre, transparent et sans violence ». « Le processus tel qu’il est mené aujourd’hui ne garantit pas une élection présidentielle exempte de contestation, principale source de violences », poursuit le rapport.

Au sujet de la situation des droits de l’homme, les OSC saluent l’abolition de la peine de mort intervenue en juin 2009 et la considèrent comme « l’une des meilleures évolutions du Togo en matière de droits de l’homme ».

Le document note par ailleurs que le chemin à parcourir pour l’effectivité des droits économiques, sociaux et culturels est encore long.