02/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo-présidentielles : Des « escadrons de la mort » lâchés sur la population à Lomé.

Par Franck EKON

Paris, le 26 avril 2005-LTG-Des groupes de militaires togolais se sont livrés mardi à des actes d’une violence rare sur des civils à Lomé, la capitale togolaise après la proclamation des résultats des élections présidentielles.

« Nous les avons vus arriver par camions entiers et se mettre en place peu avant que les résultats des élections soient annoncés » raconte Laurent AKPOVI, enseignant à Lomé et résident à Nyékonakpoè, un des fiefs de l’opposition dans la capitale togolaise. Lourdement armés et massivement positionnés aux points stratégiques du quartier, les groupes de militaire n’ont pas hésité à tirer à balles réelles aussi bien sur les passants que sur les poches de manifestants qui commençaient par se constituer dès l’annonce des résultats.

« Ils attendaient vraisemblablement un ordre et dès que les résultats ont été annoncés, ils ont commencé par tirer sans sommation sur tout ce qui bougeait », confie, en larmes, Komlanvi, un membre de la Ligue togolaise des droits de l’homme(LTDH) joint au téléphone en début d’après-midi. Selon diverses sources concordantes, plusieurs blessés graves jonchaient les rues de ce quartier périphérique de Lomé pendant que les escadrons de militaires pourchassaient certains partisans de l’opposition jusque dans des habitations où ils avaient trouvé refuge.

« Ils ne nous déposséderont pas de notre victoire cette fois-ci ; nous vaincrons ou nous mourrons », proclame David, un jeune manifestant entre deux couplets de l’hymne national togolais, sous les vivats de la troupe qui l’accompagne.

Même scènes de violence à Bè, une autre place forte de l’opposition togolaise où les militaires font depuis mardi matin le siège du quartier en faisant usage d’armes de guerre afin de briser la résistance des groupes de jeunes favorables au candidat de l’opposition. Ici également, la hargne le dispute à la froide application des hommes en armes décidés à en découdre avec une population à mains nues revendiquant « sa victoire volée »

Une source médicale annonçait en fin d’après-midi le décès de trois manifestants « à la suite de blessures par balles ».

« Ce bilan est fatalement appelé à s’alourdir puisqu’au moment où je vous parle, mon cabinet est débordé par l’afflux de blessés provenant des zones où les tirs se font de plus en plus insistants », précise la même source.

Mardi, en fin de matinée, la commission électorale nationale indépendante(CENI) a annoncé les résultats provisoires des présidentielles du 24 avril dernier, attribuant, à la surprise générale 60,22% de voix à Faure Gnassingbé(le fils du dictateur défunt) contre seulement 38,18% à Bob AKITANI, le candidat de la coalition des partis politiques de l’opposition démocratique. Ces résultats ont immédiatement provoqué la colère de la population et entraîné l’érection de nombreuses barricades dans la capitale togolaise.

La rédaction letogolais.com