29/11/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Un militant des droits de l’homme pourchassé

Le président de la section togolaise de l’ACAT, M. Bigah Yannick , est contraint de vivre dans la clandestinité depuis le 13 février 2003. Il est activement recherché par les autorités togolaises qui veulait l’empêcher de témoigner sur les droits de l’homme au Togo, à la suite d’une invitation du parlement européen.

Invité en sa qualité de militant des droits de l’homme à Bruxelles au siège de l’Union européenne pour témoigner de la situation des droits de l’homme au Togo, M. Bigah, président de l’Action Chrétienne pour l’Abolition de la Torture (ACAT), n’a pu effectuer le voyage à la suite des pressions exercées par le pouvoir togolais. L’ambassadeur du Togo en Belgique a frauduleusement intercepté et monnayé, aux autorités togolaises, un [rapport secret->http://www.letogolais.com/article.html?nid=758] écrit par ce militant, à la demande de l’UE sur la violation des droits de l’homme au Togo. Le 13 février 2003, M. Bigah a été convoqué par téléphone dans le bureau du ministre togolais de la Justice ; il était accompagné du chargé d’affaires par intérim de la commission de l’Union européenne au Togo, M. Gilles Désesquelles. Le Ministre de l’Intérieur et la directrice de la promotion des droits de l’homme, Madame Polo, étaient également présents lors de la séance de travail qui a porté sur ce document que l’UE a souhaité utiliser lors de sa session du 19 février 2003. Pendant plus de deux heures, les Ministres ont tenté de faire admettre au président d’ACAT-TOGO que le document avait un caractère subversif et n’était pas un rapport d’une ONG, car il s’en prend aux forces de l’ordre et au chef de l’Etat. N’ayant pas cédé, ces Ministres ont tenté par la contrainte de lui imposer une rencontre avec Eyadéma, le président de la République.

La rencontre n’aura pas lieu, car il a pu se mettre à temps à l’abri dans un maquis. La famille de Bigah Yannick est toutefois inquiète de la disparition de leur fils contraint de s’exiler et de vivre dans la clandestinité.

La rédaction letogolais.com

Lire également:[Droits de l’homme : l’ambassadeur du Togo sur le gril-> http://www.letogolais.com/article.html?nid=737]