29/11/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Violents heurts préélectoraux au Togo

Des partisans du régime se sont affrontés avec ceux de l’opposition, samedi à Lomé.

La campagne électorale a dérapé ce week-end au Togo. Alors que les camps adverses avaient tenu meeting, samedi à Lomé, des heurts violents ont opposé dans la soirée des militants de l’opposition à ceux de la jeunesse du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir). Une association proche du régime, le Mouvement togolais de défense des libertés et des droits de l’homme, a assuré dimanche que six personnes avaient été tuées et plus de cent blessées parmi les membres du RPT. Le coordinateur de la coalition de l’opposition, Me Yawovi Agboyibo, a, de son côté, annoncé qu’un militant de l’opposition avait été tué et 55 autres blessés.

Les deux camps s’accusent mutuellement. «La caravane pacifique organisée dans une ambiance de fête […] a été sauvagement agressée par une horde de jeunes hommes aux têtes cintrées de foulards à l’effigie de l’Union des forces du changement», affirme un communiqué de la JRPT. La coalition de l’opposition accuse de son côté les militants du RPT d’avoir «provoqué et agressé» ses propres militants après un meeting animé par Gilchrist Olympio, le chef en exil de l’Union des forces du changement (UFC, premier parti d’opposition), et le candidat de la coalition, Bob Akitani.

Ces violences sont en tout cas les plus graves enregistrées depuis le début de la campagne pour la présidentielle du 24 avril. Des heurts avaient déjà opposé il y a quelques jours des militants de l’opposition et du RPT, faisant plusieurs blessés. Vendredi, un militant de l’opposition a été tué par balle par les forces de sécurité dans l’intérieur du pays. Olympio a indiqué que la coalition ne boycotterait pas les urnes, sauf si «les choses se dégradaient cette semaine».

AFP