26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Le Togo exportateur de cigarettes: la contrebande ouvre de nouveaux marchés

(ASP) – Le Togo, petit état d’Afrique de l’Ouest, ne produit pas de tabac… mais c’est un pays exportateur de cigarettes. Un paradoxe qui s’explique par la contrebande.

Une contrebande réalisée à grande échelle à l’aide de conteneurs et qui s’appuie sur  » l’utilisation abusive du système de transit des marchandises « , écrit le sociologue Luk Joossens, du centre de recherche et d’information des organisations de consommateurs (Bruxelles). Sa présentation, devant le public conquis de la 1ère conférence internationale francophone sur le contrôle du tabac, avait pour but de démontrer pourquoi l’industrie du tabac utilise la contrebande de cigarettes.

Un état de la situation européenne, permet de comprendre que la contrebande, contrairement à ce qu’on imagine, n’est pas en lien direct avec un taux élevé de taxes sur le tabac. Des pays comme le Danemark, la Norvège ou la France, où les taxes sont élevées, sont parmi ceux qui présentent les niveaux les plus bas de contrebande, alors que l’Espagne, où les taxes sont les plus basses, a abrité pendant de nombreuses années un marché noir très actif.

 » La contrebande, celle réalisée par conteneurs et qui compte pour 80 % des cigarettes vendues hors taxes, est beaucoup plus liée à l’indice de transparence des états. Autrement dit, leur niveau de corruption « , affirme le sociologue. Alimentée par l’industrie, elle peut servir à faire baisser les taxes, comme cela a été le cas au début des années 90 au Canada. Mais le plus souvent elle permet d’ouvrir de nouveaux marchés, comme cela se voit actuellement en Asie ou en Afrique. Ou de casser un monopole d’Etat. Et c’est ainsi que l’industrie du tabac en profite…

Le système de transit fait en sorte qu’une marchandise peut entrer dans un pays sans être assujettie à la taxation, si ce pays n’est pas sa destination finale. Résultat: en choisissant un pays possédant un indice de corruption élevée, il devient relativement facile de camoufler de grandes quantités de cigarettes parmi des cargaisons de poivrons ou de bananes qui reprendront la mer vers leur destination finale.

Luk Joossens, qui a beaucoup étudié les documents rendus publics par la British American Tobacco (BAT) à la suite d’un jugement d’une cour américaine, estime que la meilleure façon de mettre fin à la contrebande de cigarettes est de responsabiliser l’industrie du tabac afin qu’elle cesse d’offrir illégalement des cigarettes sur le marché hors taxes. Un contrôle international rigoureux des marchandises, de leur lieu d’origine jusqu’à leur destination finale, aurait à son avis pour effet de tarir le marché de la contrebande à la source.

Suzanne Champoux