07/02/2023

Les actualités et informations générales sur le Togo

Comme un seul homme, les Togolais ont dit NON à Eyadéma

Les fonctionnaires et autres travailleurs de l’Etat sont tenus de montrer leur doigt imbibé d’encre indélébile à leur lieu de travail au lendemain des élections. C’est à ce prix qu’ils pourront toucher leur salaire de fin de mois. Les courageux sont quand même restés chez eux :« je ne vais pas voter, uniquement par défi au RPT».

Les revendeuses des marchés, surtout de Lomé, ont été menacées d’augmentation de taxes ou d’être congédiées si elles suivaient le mot d’ordre de l’opposition en n’allant pas voter dimanche. Malgré tout, le taux de participation a été très faible. Quant aux étudiants, il leur a été promis une exemption de leurs frais d’inscription à l’université de Lomé. Pourtant, cela n’a pas suffit à les motiver pour aller voter. La population n’a donc pas été dupe de toutes ces promesses et surtout celle de la reprise de la coopération avec l’Union Européenne et la communauté internationale.

A Aného où le Ministère de l’intérieur s’était vanté d’avoir eu le meilleur taux de retrait des cartes d’électeurs, la presse a constaté que les bureaux de vote étaient quasiment vides. Et la télévision togolaise de tenter une explication : « nos reporters sur les lieux sont arrivés tard car les votants ont accompli très tôt leur devoir civique pour se rendre à leurs travaux champêtres » oubliant que les populations de ces régions sont fortement christianisées et le culte se fait les matins de dimanche.

A Lomé, les militaires qui avaient voté 72 heures auparavant, se sont transformés ce dimanche en civil pour gonfler les rangs des électeurs. A Bè, l’indifférence était totale. Aucune discussion n’abordait le thème des élections. Les familles des candidats ont posé pour les caméras de la TVT. Un candidat de l’opposition partisane à Kodjoviakopé s’est écrié : « même mes partisans ne sont pas sortis ». Un enseignant du cours primaire, membre d’un bureau de vote à Agoenyivé a vu quelqu’un voter à trois reprises et il a conclu : « même entre eux ils se volent ! ».

Au cours d’une émission de la TVT-Radio Lomé, le présentateur déclare: « Nous ne parlerons pas de chiffres ce soir, il ne nous revient pas de le faire ». Aucun Togolais ne sera surpris des chiffres que le Ministère de l’intérieur se prépare à publier dans les prochains jours. Ils seront démesurément gonflés, 70, 80, 90 100, 110 % de votants et j’en passe. Les observateurs cooptés par Lomé2 une soixantaine de touristes (CEDEAO, Américains et particuliers), prétendument nommés observateurs font des déclarations élogieuses sur le président Eyadéma et ses élections « transparentes ». Il n y a pas plus aveugle que celui qui ne veut rien voir. Mais comme un seul homme, les Togolais ont dit NON à Eyadéma.

La rédaction