01/07/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Critiques de Kofi Yamgnane contre la CEDEAO et la France

PANAPRESS–23/03/05) Le franco-togolais Kofi Yamgnane a été très critique mercredi, dans la capitale française contre la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et la France dans leurs interventions respectives pour régler la crise togolaise.

«Je suis obligé de faire confiance à la CEDEAO quoique les Togolais ont le sentiment d’avoir été trahis. Je suis là pour porter leur sentiment parce qu’ils vivent dans cette situation. Je suis là également pour témoigner que la CEDEAO n’a pas fait jusqu’au bout ce qu’elle aurait dû faire pour que les choses se passent mieux au Togo. Elle a bien démarré, mais elle a lâché la pression trop vite», a-t-il déclaré, lors d’une conférence de presse organisée à Paris.

Pour Kofi Yamgnane, la démission de Faure suite à la pression africaine et internationale est «complètement factice» car, a- t-il ajouté, « il continue d’utiliser l’avion présidentiel pour ses déplacements, alors que c’est l’armée qui continue à commander. Rien n’a changé. Manifestement, la CEDEAO s’est retirée trop tôt, trop vite».

Mais Yamgnane a indiqué que «peut-être la CEDEAO a cru que l’affaire est réglée. Mais, en tout cas pour les Togolais, c’est un faux-fuyant. Le problème n’est pas du tout réglé».

A l’égard de la France, il a affirmé qu’il s’est entretenu avec tous les responsables français et qu’ils lui ont tous répondu la même chose : qu’ils ne se lèvent pas le matin pour dire comment on va exploiter le Togo ou la Côte d’Ivoire. « C’est vrai et j’ai pris acte de cela ».

«Mais il faut que les Français comprennent que leurs intérêts doivent passer après ceux des peuples africains. La françafrique, le paternalisme, le néocolonialisme que tout cela soit fini. Je ne dis pas seulement cela pour Chirac. Mitterrand n’a pas fait mieux. Je n’ai jamais eu l’habitude de mâcher mes mots», a-t-il dit.

«Quand Chirac a affirmé après la mort d’Eyadéma, que la France a perdu un ami et lui un ami personnel, je lui ai dit que vous avez insulté le peuple togolais, vous avez insulté l’idée même d’humanisme que porte la France. Ce n’est pas supportable une chose pareille», a-t-il souligné.

Parlant du Parti Socialiste français dont il est membre du Conseil national, il a déploré la disparition de l’ancienne classe «qui avait des liens avec l’Afrique, qui la comprenait, qui respectait ses dirigeants».

«Toute cette génération a disparu. Les nouveaux patrons ne savent pas profondément ce que c’est l’Afrique. Sinon, on n’aurait pas commis ces erreurs à gauche à droite. Je le dis comme je le pense. Je n’ai pas l’habitude de cacher mes opinions», a-t-il indiqué.

Kofi Yamgnane s’est porté candidat à la présidentielle togolaise prévue pour le 24 avril avant de renoncer et d’annoncer son ralliement au candidat de l’opposition radicale, Emmanuel Bob-Akitani rappelle t-on.

Agé de 60 ans et né dans le village de Bassar au Togo, Yamgnane est maire de Saint Coulitz, vice-président du Conseil régional du Finistère et membre du Conseil national du Parti socialiste français.

Il a occupé le portefeuille de Secrétaire d’Etat français aux Affaires sociales et à l’Intégration auprès du ministre des Affaires sociales et de l’intégration de 1991 à 1993, sous la présidence de François Mitterrand.