05/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Faure Gnassingbé:  » Une présidence pour le troisième millénaire « 

Mardi 11 novembre 2003, Faure Gnassingbé a pris date avec les Togolais et la communauté internationale pour une nouvelle présidence dans 13 mois soit le 13 janvier 2005. Est-ce la retraite programmée pour son père le dictateur Eyadéma dans sa résidence de Lomé 2 et l’intronisation du dauphin dans un complexe flambant neuf pour « un millénaire dans la modernité » dixit son fils ?

Dans son [discours->http://www.republicoftogo.com/fr/news/news.asp?rubID=1&srubID=1&themeID=1&newsID=6878] prononcé le mardi 11 novembre 2003 devant un parterre de corps constitués, Faure Gnassingbé a fait son entrée ou sa première sortie officielle en tant que dauphin de son père. Déguisé en ministre de l’équipement, il a présente une ébauche de ses ambitions : « L’Etat moderne est une machine complexe qui doit répondre aux attentes renouvelées des citoyens : plus d’éducation, plus de santé, plus de coopération internationale, plus d’ordre et de liberté. Donc vous l’aurez compris, plus d’infrastructures. Cela exige une administration plus étoffée, dynamique, jeune, expérimentée mais dans des bâtiments mieux adaptés. Ainsi, avez- vous souhaité qu’un nouveau palais présidentiel soit bâti pour mieux répondre aux défis majeurs du troisième millénaire. Après une décennie éprouvante pour notre pays, la pose de cette première pierre se veut le témoignage d’une nouvelle ère pour la construction d’un Togo moderne, performant et rayonnant qui assure à tous une meilleure gouvernance au moindre coût.»

« Le nouveau palais présidentiel dont nous allons poser la première pierre dans quelques instants aura une surface bâtie de 6343 m2 «. Faure voit plus grand que son père. Ce bâtiment entièrement financé et pris en charge par la Chine serait-il avant l’heure le cadeau de ce pays au prince héritier du Togo ? La pose de la première pierre s’est déroulée en présence du dictateur togolais, de l’ambassadeur de Chine, et en première loge, d’Alain Holleville, ambassadeur de France dans le rôle du cocu. Le mur de Berlin s’est effondré mais les enjeux géopolitiques sont toujours de mise. Pour contourner les difficultés posées par les exigences de l’Union européenne, la dynastie Eyadéma veut s’appuyer sur les pays moins regardants sur les droits de l’homme et la bonne gouvernance.

Les leaders de l’opposition ont tort de sourire à ce qu’ils considèrent comme une mégalomanie, une fuite en avant ou une goujaterie de la famille Eyadéma alors que le peuple togolais est à l’agonie. La stratégie d’Eyadéma pour l’intronisation de son fils Faure est bien en place et il la déroule sans rencontrer une vraie résistance.

La rédaction letogolais.com