27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Gilbert Fossoun Houngbo, nouveau Premier ministre du Togo

APA-08-09-2008 – Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé dimanche par décret Gilbert Fossoun Houngbo au poste de Premier ministre en remplacement de Komlan Mally (3 décembre 2007 – 5 septembre 2008) qui a démissionné vendredi dernier, a—ton appris de source officielle.

M. Houngbo, qui avait sous son commandement quelque 1500 personnes, était jusque-là le directeur du bureau Afrique du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) est présenté par les milieux diplomatiques et politiques togolais comme un «homme de consensus » et « bon leader ».

Le nouveau chef du gouvernement togolais détient une maîtrise en Gestion des entreprises de l’Université de Lomé (Togo), une licence et DESS en Comptabilité et Finance de l’Université du Québec à Trois Rivières.

Spécialiste de la gestion des entreprises et des institutions publiques, M. Houngbo est membre de l’Institut canadien des comptables certifiés.

« (…) La mission principale du gouvernement était de renouer les liens de notre pays avec la communauté internationale. Cet objectif est à présent réalisé et notre pays voit s’ouvrir à lui de nouvelles perspectives », indiquait le communiqué de la présidence de la République qui avait accompagné l’annonce de la démission de M. Mally.

Le pays estime avoir renoué avec les instituions financières internationales telles que le FMI, Banque mondiale, BAD mais aussi avec le monde diplomatique notamment l’Union européenne.

Le nouveau chef du gouvernement devrait s’atteler à relever rapidement le niveau de vie des populations togolaises dont plus de la moitié vit en dessous du seuil de pauvreté mais aussi la revalorisation des salaires dans un contexte de grogne persistante dans les milieux syndicaux.

L’autre grande tâche qui attend le nouveau gouvernement est la reconstruction des infrastructures (ponts et routes) détruites par les inondations ayant frappé récemment le sud du pays avec une dizaine de morts et des milliers de sans abri.

Mais il ne faut pas oublier l’organisation de l’élection présidentielle de 2010.

NT/AFT/APA
08-09-2008